Notes d’allocution pour le discours de Kirstine Stewart, Vice-présidente principale, CBC/Radio-Canada, à l’Empire Club du Canada

31 mars 2011

(LA VERSION PRONONCÉE FAIT FOI)

Merci Tim, merci à l’Empire Club, et merci, Mesdames et Messieurs, de vous joindre à moi cet après-midi.

C’est un honneur d’être là avec vous aujourd’hui.

C’est ma première grande allocution à titre de vice-présidente principale des Services anglais de CBC, et la donner à l’Empire Club me semble tout à fait pertinent.  

Depuis plus de 100 ans, l’Empire Club est le forum de choix des conférenciers, qui appuie et encourage les discussions et les débats actifs. Pendant toute son histoire, il a mis à l’avant-scène de remarquables penseurs et narrateurs canadiens, qui reflètent les idéaux et les valeurs du Canada.   

De même, CBC a été fondée à partir des idéaux et des valeurs de notre grand pays. Et nous en sommes fiers. En tant que société de médias, nous sommes convaincus qu’il est de notre devoir de créer un forum de discussions et de débats actifs, qui reflète la diversité des voix et assure la diversité des opinions.

C’est donc, à mon sens, une plateforme appropriée pour vous présenter notre vision de l’avenir de CBC.

CBC est un modérateur – qui distribue et analyse les nouvelles, échange l’information – et établit des liens avec les gens en leur présentant des histoires faites pour les Canadiens et par les Canadiens. Nous aussi nous accueillons de grands penseurs et narrateurs canadiens.     

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès cette semaine de l’un de nos grands narrateurs, Roger Abbott, fondateur et acteur vedette de l’émission culte Royal Canadian Air Farce. Il nous manque terriblement.

En pensant à l’homme et à ce qu’il a apporté à CBC et aux millions de Canadiens qu’il a fait rire chaque semaine, je me rends compte que la vie de Roger est véritablement un exemple vibrant d’une vie mise au service des Canadiens et témoigne magnifiquement de ce qu’est CBC.  

Royal Canadian Air Farce a été réellement l’une des premières émissions multiplateformes : satire de la politique et de la vie au Canada, diffusée dès les années 70 à CBC Radio, l’émission a ensuite été adaptée à la télévision où, pendant 28 ans, elle a continué à montrer la réalité de la politique canadienne sous un jour hilarant.  

Roger était un pionnier et son héritage, que son équipe perpétuera, illustre à la perfection le rôle d’un radiodiffuseur public : présenter les enjeux qui sont importants pour tous les Canadiens et les expliquer en mobilisant l’auditoire. S’adapter à l’auditoire en allant d’un médium à un autre, et adapter le contenu aux nouvelles technologies par la même occasion. Car un héritage, ce n’est pas seulement de histoire, mais c’est ce que l’on retient de l’histoire pour mieux le projeter dans l’avenir. 

Que ce soit dans le cadre de nos comédies, de nos dramatiques, des 59 ans de Hockey Night in Canada ou des 50 ans de The Nature of Things, CBC a toujours célébré ce qui se fait de meilleur au Canada.

Ce que Roger et tant d’autres ont créé au cours des 75 dernières années à CBC est la base sur laquelle nous bâtissons tous les jours.  

Tout comme l’Empire Club évolue avec le temps, nous aussi nous nous penchons sur notre avenir afin de voir comment nous pouvons changer, nous adapter et mieux servir les Canadiens, pour compter encore plus dans la vie des gens.

Ce que nous envisageons – et c’est ce que j’ai le privilège et le défi de concrétiser – n’est rien de moins qu’une redéfinition de CBC en tant que radiodiffuseur public véritablement moderne. Nous nous efforcerons d’être partout la référence dans le domaine de la radiodiffusion publique et des médias.

Pendant 75 ans, CBC s’est faite la voix des Canadiens, comme on le dit souvent, d’un océan à l’autre.

Nous sommes la source vers laquelle les Canadiens se tournent dans les bons et les mauvais moments pour être informés, rassurés et avoir une vision globale des choses.

De Matthew Halton à Peter Mansbridge, en passant par Knowlton Nash, d’Adrienne Clarkson à Adrienne Arsenault, il existe à CBC une famille véritablement dévouée de personnes devant et derrière les caméras et les microphones. Des gens qui comprennent l’importance de notre rôle dans ce pays et qui ont maintenu l’esprit et l’intégrité de la radiodiffusion publique bien vivants tout en faisant de leur mieux pour apporter aux Canadiens ce dont ils ont besoin et ce à quoi ils peuvent s’attendre de leur média national.

À l’intérieur des frontières canadiennes et autour du globe, les femmes et les hommes de CBC travaillent chaque jour pour que les Canadiens soient les premiers informés des événements nationaux et internationaux. 

CBC joue un rôle important afin de documenter les changements au Canada et les provoque parfois.

En tant que Canadiens, nous sommes fiers de la place qu’occupe le Canada aux yeux de nombreux pays du monde. Depuis longtemps, le Canada accueille ceux qui fuient les persécutions, la pauvreté et les troubles. Nous avons éduqué de grands innovateurs et offert des débouchés aux entrepreneurs. À l’extérieur de nos frontières, nous soutenons nos alliés de l’OTAN et d’autres gouvernements quand ils en ont besoin. Aujourd’hui, notre pays ne cache plus sa fierté à l’égard de nos contributions, et la confiance du Canada éclate au grand jour.   

Notre pays a parcouru beaucoup de chemin, et CBC est présente à chaque étape.

Aujourd’hui, en tant que radiodiffuseur public moderne, il est de notre responsabilité d’apprendre et de nous adapter aux manières dont les Canadiens veulent dialoguer avec nous, de faire ce qu’ils estiment important que nous fassions et d’être présents là où ça compte. 

Pour la suite des choses, nous devons encore plus affiner notre approche. Aujourd’hui, il s’agit moins de rayonner d’un océan à l’autre, que de bâtir des liens des quartiers aux villes, des villes aux provinces et aux territoires, et vers tous les lieux qui font du Canada un grand pays.  

La prochaine étape de l’évolution de CBC consistera à devenir enfin un radiodiffuseur public moderne qui connaît véritablement les besoins et les désirs des Canadiens, et y répond. Nous deviendrons un lieu d’éducation, d’échange, de débat, d’accessibilité à la diversité des idées – et des idéaux.  Nous serons la plateforme par excellence pour le développement et la croissance d’une grande culture canadienne et de grands thèmes canadiens. Nous n’oublierons pas que le contenu prime et que notre travail consiste à utiliser tous les moyens, manières et procédés pour offrir du contenu canadien de la plus haute qualité, sur toutes les plateformes, à tous les Canadiens.   

CBC a d’ailleurs planché sur une stratégie intitulée Partout, Pour tous, afin que nous puissions tenir notre promesse. 

Il est typiquement canadien d’être infiniment curieux du monde qui nous entoure et d’avoir soif non seulement de nouvelles et d’information, mais aussi d’histoires qui racontent nos expériences de vies dans ce merveilleux pays. Et si le passé de CBC regorge de grandes émissions de radio et de télévision qui ont touché le cœur des Canadiens, nous ont fait pleurer, nous ont mis en colère, nous ont fait applaudir et rire, le média ne peut plus être une forme passive d’information et de divertissement. Plus personne ne peut adopter une vision patriarcale et imposer ce que l’auditoire « devrait vouloir » ni supposer savoir ce dont il a besoin. L’ancienne communication unilatérale qui venait d’un radiodiffuseur dans sa tour d’ivoire est dépassée, impopulaire et peut être tout à fait dangereuse.  

Le monde moderne exige de l’information et a soif de divertissement à une échelle tout à fait inédite. Il va dans le sens de ce que   Marshall McLuhan, un Canadien, a déclaré en disant : « Le médium est le  message. » La technologie a mis le pouvoir du média, le pouvoir de créer, de commenter et de communiquer, directement dans les mains des gens. Maintenant que tous les gens ont les outils pour littéralement devenir un radiodiffuseur eux-mêmes, les médias traditionnels commencent à devenir dépassés.

Étonnamment, les médias sont propulsés aujourd’hui dans un rôle encore plus important. Étant donné que les médias ont l’occasion, et l’obligation, en cette ère de communication instantanée, de devenir la référence, le lieu de discussion, le modérateur, le vérificateur des faits et le grand garant de l’équilibre, ils sont présents sur les plateformes, traditionnelles et nouvelles, pour assurer l’équilibre nécessaire, la diversité des voix et des opinions. Il ne s’agit pas de faire la police sur la super-autoroute du contenu, mais de créer un espace, d’élargir l’accès, de multiplier les possibilités d’exploration et de fournir un contexte qu’aucune autre voix ne peut fournir. 

C’est pourquoi, lorsque les faits et la fiction font le tour de la Terre à la vitesse de la lumière, un radiodiffuseur public moderne solide et indépendant est plus important que jamais.

Nous continuerons de fournir aux Canadiens un instantané de la vie au Canada, pour les familles qui sont là depuis des générations et pour celles qui ont choisi de faire de ce pays leur nouvelle patrie. Le Canada est un pays solide grâce à sa diversité et à sa capacité de reconnaître nos différences et de célébrer nos similarités. CBC est là pour tous les Canadiens et offre un espace d’échanges d’idées et d’expériences. Nous nous efforçons d’être authentiques dans notre représentation du Canada actuel. 

Nous diffusons le premier bulletin de nouvelles télévisées totalement représentatif de la diversité à Toronto avec Anne Marie Mediwake et Dwight Drummond. Matt Galloway est depuis longtemps une voix qui compte à CBC Radio et il est passé l’an dernier à l’illustre émission du matin Metro Morning.Jian Ghomeshi, Suhana Meharchand, Sook Yin Lee et les nombreux autres derrière les bureaux de CBC sont représentatifs des nombreux Canadiens de diverses origines dont nous parlons et à qui nous nous adressons.

Notre stratégie de développement des émissions exige de chaque réalisateur qu’il ait un plan en matière de diversité, et des émissions comme Little Mosque on the Prairie tirent leur succès non seulement de la foi des gens qui sont au cœur de la série, mais de la représentation qu’elles font de l’expérience d’immigration de tant de Canadiens. Parce que le Canada est composé de gens si différents, de toutes origines et aux expériences multiples, CBC sait que le meilleur instantané que l’on peut donner de la vie canadienne ne peut être qu’en technicolor. Les personnes sont au cœur de CBC –  elles sont au cœur de notre mandat, de l’information que nous donnons, des histoires que nous racontons, et ce sont les gens que CBC sert. CBC, c’est le Canada, et le Canada, c’est CBC.

C’est aussi le cœur de notre plan stratégique pour 2015, Partout, Pour tous. C’est un plan ambitieux, qui vise à servir tous les Canadiens du mieux possible, partout et pour tous. Nous maximiserons le financement que nous recevons et les revenus que nous autogénérons. Nous les réinvestirons dans les priorités que les Canadiens ont définies pour leur radiodiffuseur public moderne – dans ce qu’ils attendent de CBC. C’est un plan qui s’appuie sur le formidable héritage de CBC. C’est un plan qui apprend des erreurs qui ont été commises. C’est le plan bâti sur les trois axes clairs que les Canadiens ont imaginés pour nous. En tant que Canadiens, nous nous sommes toujours attendus à ce que le radiodiffuseur public reflète notre réalité, engage la conversation avec nous et nous inspire, et, avec cet engagement, CBC respecte encore davantage les attributs et les qualités uniques de ce pays.

Au cours des cinq prochaines années, nous offrirons une programmation encore plus canadienne, plus locale et plus numérique afin que les Canadiens soient encore plus nombreux à recevoir le contenu qu’ils souhaitent de la part de CBC.  

Faire une priorité du contenu canadien n’a pas toujours été au centre de la mission de CBC. Aux débuts de la diffusion de  Royal Canadian Air Farce sur CBC Television, l’émission aurait facilement pu être programmée avant Mork and Mindy et après Joanie Loves Chachi – deux émissions occupant le créneau de grande écoute. On peut donc dire que l’on revient de loin… Aujourd’hui, il est clair que les Canadiens veulent des nouvelles et du divertissement canadiens. Tout comme un gouvernement est élu par un système de vote démocratique, le téléspectateur ou l’auditeur exerce un choix chaque fois qu’il clique, change de chaîne ou de fréquence pour choisir une émission canadienne. C’est encore plus satisfaisant lorsque ces choix se font au détriment de la programmation étrangère. Les Canadiens votent pour voir plus de contenu à leur image, choisissant de découvrir, à l’écran ou au micro, la réalité des lieux, des gens et des événements qui reflètent leurs propres expériences. 

Pensez à the fifth estate, qui a établi un record cette année en matière d’auditoire, à Dragons’ Den, qui stimule l’entrepreneuriat et investit littéralement des millions de dollars dans le pays, à Afghanada, qui témoigne de manière poignante des expériences de nos soldats, hommes et femmes, ou à The National, As It Happens et The Current, qui offrent aux Canadiens du journalisme et des actualités de qualité grâce à l’information et à l’analyse en continu. Chaque fois qu’un téléspectateur clique pour accéder à nos sites ou choisit l’une de nos chaînes, ou que des millions de personnes applaudissentHockey Night in Canada lorsque leur équipe préférée marque un but, nous savons, et l’histoire nous l’a appris, que lorsque CBC fait connaître des émissions canadiennes à plus de Canadiens, elle fait un meilleur travail à titre de radiodiffuseur public moderne.

Le premier axe de notre plan est d’être encore plus canadien, d’être canadien avant tout.

Il y a trois ans, nous avons décidé de présenter du contenu entièrement canadien aux enfants. Quand nous proposons de la programmation aux enfants de moins de cinq ans et à leurs parents, nous pensons qu’il est important qu’ils soient dans un contexte éducatif à 100 % canadien et sans aucune publicité. Ceux d’entre nous qui ont fièrement possédé leur coffre aux trésors comme Mr. Dressup (moi je l’ai eu) et ceux aujourd’hui dont les enfants adorent Mamma Yamma savent de quoi je parle.

Même aujourd’hui, aux heures de grande écoute, nous avons compté sur des émissions étrangères comme Jeopardy qui nous ont servi de béquille pour développer et diffuser notre propre contenu canadien à la télévision. Et le plan a fonctionné! Ces dernières années, nous avons noué de nouvelles relations avec des producteurs, tant à l’externe qu’au sein de CBC, et de tous les coins du pays, qui créent de nouvelles émissions canadiennes à succès à la télévision et donnent une deuxième jeunesse aux classiques de CBC. Nous atteignons des records d’auditoire à CBC Television depuis 15 ans, cela représente beaucoup de gens qui votent avec leur télécommande! Aujourd’hui, nous n’avons plus besoin de ces béquilles. Nous collaborons avec des milliers de créateurs de tout le pays, qui forment dorénavant une industrie solide de créateurs de contenu, qui s’illustrent non seulement à CBC mais à l’extérieur des frontières canadiennes, sur la scène internationale. Et c’est ce groupe de gens talentueux qui nous ont donné les émissions populaires comme Republic of Doyle, Heartland, Battle of the Blades et Rick Mercer Report qui divertissent des millions de Canadiens. CBC est plus forte grâce aux émissions canadiennes et celles-ci trouvent une formidable vitrine à CBC. C’est une relation précieuse, qui fonctionne, et en augmentant notre contenu canadien à la télévision et en ligne, nous offrirons aux Canadiens plus d’émissions canadiennes qu’ils souhaitent regarder.

Maintenant que nous avons renoué une relation avec l’auditoire canadien grâce à l’éventail des séries que nous leur proposons, nous pouvons programmer davantage d’événements spéciaux afin d’attirer un nouvel auditoire.

Les grands événements, dans lesquels on utilise de multiples plateformes pour faire passer un message important et parler aux Canadiens, seront plus présents que jamais sur toutes les chaînes de CBC. Nous miserons sur les partenariats d’affaires que nous avons dans la communauté pour appuyer ces initiatives qui correspondent souvent tout à fait aux priorités de nos partenaires. Nous créons des liens avec des organisations comme Participaction, et avec des citoyens engagés dans le cadre de notre campagne Live Right Now, pour donner aux Canadiens les outils dont ils ont besoin pour mener une vie plus saine. Prenons l’exemple de Champions of Change de CBC News. De Kraft Hockeyville,qui célèbre l’esprit de notre sport national dans toutes les villes du pays. De Canada Reads, maintenant diffusée à la radio, à la télévision et en ligne, le réseau et les régions collaborant pour mettre en lumière les fleurons de la littérature canadienne. Des prix Génie qui rendent hommage au cinéma canadien, avec un auditoire record le mois dernier, supérieur aux 15 dernières années combinées et qui a été l’événement le plus commenté sur Twitter au Canada. Tout cela sans oublier le nouveau partenariat signé avec Jack Rabinovitch, pour le prix Banque Scotia Giller, dont le gala sera diffusé sur CBC Television, CBC Radio et toutes nos plateformes pendant les cinq prochaines années (merci, Jack).

Il y a un point commun entre les émissions que j’ai mentionnées et qui sont des succès de CBC Television. C’est la même chose pour les émissions de CBC Radio, dont la popularité et la proximité avec les gens ne se démentent pas. Depuis longtemps, CBC Radio fait comprendre la valeur de la programmation canadienne aux Canadiens, et a bâti sa relation avec le pays, communauté par communauté. Que ce soit Island Morning à l’Île-du-Prince-Édouard, Mid-day Café au Yukon, Blue Sky à midi en Saskatchewan ou All Points West en Colombie-Britannique, les émissions de radio perpétuent la tradition de la proximité, ce qui est encore plus important aujourd’hui pour nous qui vivons dans un pays si vaste et dans le contexte de la prolifération du web. Le lien et le reflet au niveau local sont plus importants que jamais pour nous au Canada.  

Ce qui m’amène au deuxième axe du plan – la volonté d’être plus présents à l’échelle locale.

Que ce soit Jake Doyle pourchassant les criminels dans les rues de  St. John’s, ou les histoires qui se déroulent dans le ranch de Heartland pas très loin de Calgary, ou les différentes parties du Canada mises en lumière à l’émission The Nature of Things, les émissions que les Canadiens préfèrent et qui sont donc les plus importantes pour CBC sont celles qui sont axées sur l’aspect local. Nous offrirons donc aux Canadiens encore plus d’émissions comme celles qu’ils apprécient sur CBC, campées dans les grandes villes du pays, à l’image de la vie moderne canadienne.

Du contenu local pour un public local, comme dans nos émissions de télévision de début de soirée et nos émissions de l’après-midi et du retour à la maison à CBC Radio, afin d’informer les gens des villes de tout le pays des nouvelles importantes dans leur propre quartier. C’est un lien vital entre les différentes régions du pays, et CBC n’a pas été en mesure de servir autant de Canadiens sur le plan local qu’elle l’aurait voulu. Mais grâce aux méthodes modernes de collecte de nouvelles et aux nouvelles technologies qui facilitent la distribution, nous prévoyons avec la stratégie Partout, Pour tousservir six millions de Canadiens de plus localement d’ici 2015. Il y a quelques années seulement, c’était impossible, mais en investissant dans des moyens d’atteindre davantage de Canadiens de manière plus économique, nous pourrons mieux servir que jamais les gens localement, en ligne, à la radio et à la télévision.  

Cela nous amène au troisième axe du plan – mettre l’accent sur la programmation numérique. Que ce soit les premières diffusions en 3D au Canada, l’invention de la reprise instantanée utilisée pour la toute première fois dans le monde par CBC Sports, les millions de Canadiens qui cliquent sur cbc.ca, lisent, écoutent et regardent son contenu, la position de CBC pour le nombre record de téléchargements au Canada des balados de Tonight avec George Strombouloupolos ou de Q avec Jian Ghomeshi, CBC sait l’importance pour un radiodiffuseur public d’exploiter et de nourrir l’innovation en technologie.

Aujourd’hui, la technologie permet de transmettre l’information plus vite et plus largement, de manière plus économique. Au cours des cinq prochaines années, nous continuerons d’être au premier plan de la technologie que les Canadiens veulent utiliser, et nous serons présents auprès d’eux dans leurs villes, leurs communautés et leurs foyers afin de leur proposer plus d’information, plus rapidement, avec plus de contexte et de possibilités d’explorer ce qui les enthousiasme et les motive. Être en fait un forum virtuel pour tous.  

Nous utiliserons aussi les nouvelles technologies pour rendre la création de contenu plus abordable. Cela s’est concrétisé dans l’ambitieux renouvellement des Nouvelles à CBC cette année. Nous examinerons aussi d’autres secteurs où les technologies peuvent nous donner l’avance dont nous avons besoin pour créer plus de contenu, dans le contexte de notre financement relativement stagnant. Nous apprendrons comment en faire plus avec moins.  La technologie nous fournira des moyens d’économiser les ressources sans sacrifier la qualité que les Canadiens attendent de CBC, sur toutes les plateformes. Nous serons ainsi en mesure de mieux servir une diversité de genres, par exemple en musique, avec de nouvelles diffusions, et CBC créera plus de possibilités pour la programmation radio sur de multiples plateformes, en s’appuyant sur le succès de CBC Radio dans sa forme traditionnelle, et en explorant les possibilités que constituent les nouveaux médias. 

Nous sommes enthousiasmés par ce plan et par toutes les possibilités qui se présentent à nous. Un radiodiffuseur public moderne est un radiodiffuseur qui sert l’ensemble de son public, partout et pour tous. Nous serons ce radiodiffuseur, et nous serons présents pour servir encore plus de Canadiens que jamais. Si c’est important pour le Canada, c’est important pour CBC.  

En créant encore plus de contenu canadien de qualité sur de multiples plateformes, en étant présents auprès de plus de Canadiens dans les villes dans lesquelles ils vivent et en étant un radiodiffuseur à l’avant-garde de la technologie, nous tisserons des liens avec les Canadiens et entre eux, partout, pour tous.

Merci, Mesdames et Messieurs, merci de votre présence et de votre écoute. 

Outil de soulignement de texte