Les faits au sujet de l'article du Journal de Montréal intitulé « Un pdg qui cumule plusieurs fonctions »

12 janvier 2012

L’article du jeudi 12 janvier 2012 du Journal de Montréal intitulé « Un pdg qui cumule plusieurs fonctions » comprend plusieurs erreurs de faits. L’article soulève également des questions tendancieuses qui n’ont aucun fondement et qui témoignent d’une profonde méconnaissance des outils de divulgation – et de l’information qu’ils contiennent – utilisés par les sociétés cotées en bourse.

Voici donc les faits. Hubert T. Lacroix est président-directeur général de CBC/Radio-Canada depuis janvier 2008. Durant sa carrière, il a siégé à une douzaine de conseils d’administration de sociétés publiques et privées. Avant sa nomination, toutes les activités professionnelles de monsieur Lacroix ont été scrutées à la loupe par le Bureau du Conseil privé et le commissaire à l’éthique, comme cela se fait pour chaque nomination du gouverneur en conseil. Monsieur Lacroix a volontairement renoncé à plusieurs activités professionnelles connexes en acceptant le poste de pdg de CBC/Radio-Canada, mais le Bureau du Conseil privé et le commissaire à l’éthique l’ont autorisé à continuer d’agir à titre de membre des conseils d’administration de Fibrek inc. et de Zarlink. Sa participation à ces deux conseils d’administration a également été approuvée par le conseil d’administration de CBC/Radio-Canada à sa nomination.

Ces faits au sujet des activités professionnelles connexes de monsieur Lacroix sont rendus publics, et l’ont été depuis son entrée en poste, sur le site web de la Société. Vous pouvez consulter sa biographie ici.

CBC/Radio-Canada se réjouit par ailleurs que le gouvernement du Québec ait invité monsieur Lacroix à la nouvelle Table des partenaires influents. Ce comité, qui se réunira trois fois en 2012, a pour but d’accroître le nombre de femmes au sein des équipes de gestion et des conseils d’administration. En tant que pdg de CBC/Radio-Canada, monsieur Lacroix a établi la parité parmi son Équipe de la haute direction (4 femmes et 4 hommes). En 2011, il a d’ailleurs accepté au nom de la Société le prixEmployeur d'excellence dans la catégorie Champion du changement remis par l’Association canadienne des femmes en communications. Nous sommes heureux qu’il soit perçu dans le milieu comme un dirigeant d’entreprise qui peut contribuer positivement à un enjeu important pour la société.

Quant aux informations erronées dans l’article, qu’elles soient au sujet de la rémunération de monsieur Lacroix, de son rôle de porte-parole au sein du conseil d’administration de Fibrek ou encore de ses liens présumés avec Microsemi (monsieur Lacroix n’est pas membre du conseil d’administration de Microsemi), nous rappelons que ces informations sont publiques et peuvent être facilement consultées par quiconque a le souci d’obtenir des faits véridiques.

Outil de soulignement de texte