La modernisation de Radio-Canada se poursuit

18 janvier 2016, Montréal

Message de Louis Lalande, vice-président principal de Radio-Canada

Il s’est dit et passé beaucoup de choses concernant Radio-Canada depuis que nous avons présenté l’an dernier notre stratégie et notre plan d’action pour moderniser le diffuseur public, dans le cadre plus global du plan Un espace pour nous tous de CBC/Radio-Canada. En ce début d’année, je tenais à faire le point avec vous, notamment pour replacer nos décisions dans leur contexte stratégique mais également pour vous donner un aperçu de ce que nous préparons pour la prochaine année, entre autres concernant l’avenir de la Maison de Radio-Canada à Montréal.

Les contenus, au cœur de nos priorités

Nous avons amorcé avec succès, en 2015, le renouvellement de la grille d’ICI Radio-Canada Télé et mis en place notre stratégie multiécran, avec l’objectif d’accompagner nos auditoires dans leurs nouvelles habitudes de consommation. Par exemple, la diffusion en primeur de la deuxième saison de Série noire sur l’Extra d’ICI Tou.tv en novembre a généré plus de 250 000 visionnements à ce jour, un beau succès !

Depuis septembre, nous sommes présents en information locale et régionale tout au long de la journée en télé, en radio, sur le web, en mobilité et sur les réseaux sociaux, sept jours sur sept. Aussi, la force de notre offre numérique en information s’est exprimée à nouveau lors des élections fédérales d’octobre dernier, où les résultats de fréquentation de nos sites web et mobiles ont fracassé des records. Sans parler de l’impact que peut avoir un extrait vidéo de Jean-François Bélanger en direct de Paris, le soir des attentats du 13 novembre, qui a été vu plus de 4,5 millions de fois sur la page Facebook du Téléjournal !

Un environnement de travail pour le diffuseur du 21e siècle

À la suite de la décision du Conseil canadien des relations industrielles de revoir nos structures syndicales, nous travaillerons désormais avec trois unités: l’Association des réalisateurs, l’Association des professionnels et superviseurs (APS) et une nouvelle unité fusionnée qui regroupe trois de nos syndicats (SCRC, SCFP et STARF), avec qui nous négocierons au cours de la prochaine année. Avec eux, nous souhaitons définir l’environnement de travail qui nous permettra de faire évoluer le diffuseur public dans un marché plus concurrentiel que jamais et tirer profit de l’immense force créative de nos artisans.

Des infrastructures et une capacité de production mieux adaptées

Radio-Canada doit aussi moderniser ses installations pour répondre aux besoins d’un environnement média multiplateforme et numérique et rencontrer les attentes des créateurs de tous genres, incluant celles des producteurs indépendants, qui choisissent plus souvent qu’autrement de tourner à l’extérieur de nos installations. C’est ainsi que nous pourrons continuer d’offrir à nos auditoires des contenus à la hauteur de leurs attentes.

La plupart de nos centres régionaux ont déjà migré vers de nouvelles installations plus modernes et plus numériques, en proximité avec leurs auditoires. À Montréal, nous avons déjà commencé à ajuster notre capacité de production pour nous adapter à la nouvelle réalité de l’industrie, mais nous devons maintenant repenser nos installations.

Même si nous reconnaissons l’attachement de plusieurs à la Maison de Radio-Canada et au symbole qu’elle représente, force est d’admettre que les installations actuelles, conçues il y a plus de cinquante ans, sont vétustes, trop vastes et ne rencontrent plus nos besoins. Il en coûte plus de 20 millions de dollars par année en frais de gestion et d’exploitation pour y demeurer.

Aussi, nous avons un déficit d’entretien cumulé de 170 millions de dollars, résultat de plusieurs décennies où Radio-Canada a dû faire des choix difficiles pour protéger la programmation et le contenu, qui sont au cœur de son mandat. Fenêtres non-isolées, enveloppe de bâtiment en mauvais état, tuyauterie et câblage électrique en fin de vie, la MRC actuelle nécessite des rénovations majeures qui représentent des coûts très importants pour le diffuseur public, dont le rôle n’est pas d’investir dans l’immobilier.

C’est pourquoi nous évaluons présentement toutes les solutions possibles, incluant la vente des installations et un déménagement sur le site ou à l’extérieur du site actuel. Nous avons d’ailleurs embauché une firme de courtage immobilier pour nous aider à identifier toutes les occasions qui existent dans le marché montréalais.

Toujours au cœur de la métropole, la nouvelle Maison de Radio-Canada devra être un espace de rencontre pour les Canadiens, un carrefour de création médiatique et incarner la modernisation du diffuseur public. Elle doit demeurer ce lieu de création dynamique et stimulant où s’expriment librement la passion, l’innovation et la collaboration des artisans qui l’habitent et qui sont le cœur de Radio-Canada.

Un financement stable, le nerf de la guerre

Comme nous visons toujours à stabiliser notre financement, nous travaillons avec le gouvernement fédéral ainsi que les différentes instances (FMC, CRTC, etc.) afin de nous assurer que Radio-Canada continue d’avoir un financement adéquat pour réaliser son mandat auprès des francophones au pays. Aussi, nous multiplions les opportunités et les partenariats afin de générer de nouveaux revenus. Enfin, nous continuons de réviser nos façons de faire afin d’être toujours les plus efficaces, flexibles et agiles dans nos structures et processus de gestion.

En conclusion...

Cette modernisation nous permettra de conserver notre capacité à produire et générer du contenu original dans lequel les francophones se retrouvent et se reconnaissent et de le rendre facilement accessible. On veut aussi faire en sorte que Radio-Canada demeure un moteur de création afin de continuer d’offrir des contenus captivants et pertinents. Enfin, Radio-Canada doit continuer d’évoluer pour toujours mieux accompagner ses auditoires dans le changement de leurs habitudes de consommation des médias. C’est de cette façon que nous maintiendrons le leadership de Radio-Canada au sein de l’industrie des médias, un leadership essentiel pour l’épanouissement et le rayonnement de la francophonie canadienne.

Louis Lalande
Vice-président principal
Radio-Canada

À propos de CBC/Radio-Canada

CBC/Radio-Canada est le radiodiffuseur public national du Canada et l’une de ses plus grandes institutions culturelles. La Société est un leader pour joindre les Canadiens sur de nouvelles plateformes et offre une gamme complète de services de radio, de télévision, sur Internet et par satellite. Profondément enracinée dans les régions, CBC/Radio-Canada est le seul radiodiffuseur national qui offre divers points de vue régionaux et culturels, en français, en anglais et en huit langues autochtones.

Un espace pour nous tous est la stratégie de CBC/Radio-Canada pour moderniser le diffuseur public et s’assurer qu’il continue de remplir son mandat auprès des Canadiens, maintenant et pour les générations à venir. Jusqu’en 2020, la Société augmentera ses investissements dans la télévision aux heures de grande écoute, continuera de créer des émissions de radio d’une très grande qualité tout en favorisant le développement des plateformes et contenus numériques et mobiles.

Suivez-nous sur Twitter : @CBC/Radio-Canada.

Pour plus d'information, veuillez communiquer avec :

Outil de soulignement de texte