Les faits : La place d’un radiodiffuseur public est dans l’espace public

28 octobre 2016

Récemment, certains chroniqueurs ont laissé entendre que CBC/Radio-Canada ne devrait pas publier d’articles d’opinion sur ses sites web ni même avoir une présence numérique. Ces personnes semblent croire que cela permettrait à leur entreprise d’augmenter son chiffre d’affaires et de mieux servir les intérêts des Canadiens. Rien n’est plus faux.

Les faits parlent d’eux-mêmes. Les médias canadiens font face à de nombreux défis, mais le radiodiffuseur public n’y est pour rien. Personne n’a encore trouvé la façon de faire payer le public pour le contenu de nouvelles qu’il consomme sur Internet. Les grandes entreprises de presse ont choisi de répondre à ces défis en regroupant le contenu offert dans leurs plus petites publications. Cela a fait en sorte que la présence de CBC/Radio-Canada est plus importante que jamais.

Limiter le mandat de la radiodiffusion publique se ferait au détriment des services offerts aux Canadiens. Cela n’aiderait en rien les entreprises privées à augmenter leurs revenus, pas plus qu’à améliorer la couverture des nouvelles ni à offrir une plus grande diversité de points de vue, surtout dans les communautés.

CBC lancera bientôt une page d’opinion sur son site CBCNews.ca où il sera possible de lire différentes chroniques et commentaires de collaborateurs pigistes exprimant une grande variété de points de vue sur les nouvelles et l’actualité. Cette page est nouvelle, mais ce type de tribune n’a rien de nouveau, puisque CBC/Radio-Canada a été un des premiers médias à investir dans l’espace numérique et à offrir aux Canadiens des opinions et des analyses sur ses sites depuis des années.

CBC/Radio-Canada a pour mandat de renseigner, d’éclairer et de divertir. C’est aussi la raison pour laquelle nous proposons des opinions : engager la conversation avec les Canadiens sur des enjeux importants pour eux; présenter un large éventail de points de vue pouvant les inciter à revoir leur position; les encourager à participer à la conversation. C’est ça le rôle d’un radiodiffuseur public.

Tous les jeudis soirs, le segment At Issue de l’émission The National est le panel politique le plus regardé du Canada parce que les Canadiens veulent entendre l’opinion de personnes intelligentes sur des enjeux qui les intéressent.

Tous les dimanches sur CBC Radio, les Canadiens d’un océan à l’autre écoutent Cross Country Checkup pour en savoir plus sur les grands enjeux de l’actualité, pour connaître ce que les Canadiens des autres régions du pays pensent et pour donner leur opinion. C’est de cette façon qu’on crée des liens entre les citoyens d’un pays.

Les Canadiens apprécient ce genre de débats intelligents, civilisés et rassembleurs, et c’est ce que la radiodiffusion publique leur offre.

Aujourd’hui, ces débats et cette mobilisation ont lieu dans l’espace numérique, dans la section des commentaires au bas de chaque histoire, sur Twitter et Facebook, ainsi que dans les blogues. CBC/Radio-Canada offre aux Canadiens un espace numérique où ils peuvent trouver un large éventail de points de vue sur les sujets qui les intéressent. C’est là notre mission.

Limiter l’accès à cet espace public n’est pas dans l’intérêt du public. CBC/Radio-Canada n’existe pas pour servir les intérêts de l’entreprise privée, mais bien pour servir les personnes qui utilisent ce service et qui en assument les coûts – l’ensemble des Canadiens. Et les Canadiens nous veulent là où ils sont.

Heather Conway
Vice-présidente principale
Services anglais, CBC/Radio-Canada

Pour plus d'information, veuillez communiquer avec :
  • Emma Bedard
    Relations publiques, CBC
    tel. 416-205-7831
    cel. 416-464-3906
    emma.bedard@cbc.ca

Outil de soulignement de texte