Notes pour une allocution d’Hubert T. Lacroix, président-directeur général, à l’assemblée publique annuelle

26 septembre 2017, Ottawa

(LA VERSION PRONONCÉE FAIT FOI)

Doyen Mérette de la Faculté des sciences sociales,
Doyen Kee de la Faculté des arts,
Bonjour à tous!

Je suis très heureux de vous accueillir à notre assemblée publique annuelle.

J’ai toujours aimé l’ambiance des campus universitaires, particulièrement en automne. Ça remonte à l’époque où j’étais chargé de cours en droit, à temps partiel, et coach d’une équipe universitaire de basketball féminin. En septembre, il y a une énergie nouvelle : c’est l’arrivée des nouveaux étudiants et des nouvelles recrues, ce sont les devoirs qui commencent et c’est le début de saison des différents programmes sportifs universitaires. Je vous envie… Amusez-vous bien!

Mais revenons à notre APA.

Notre assemblée publique annuelle est un environnement privilégié pour nous permettre d'échanger sur le rôle que nous jouons et sur notre objectif d’être au cœur des conversations des Canadiens. Nous avons hâte d’entendre ce que vous pensez de nos émissions et de nos initiatives numériques, et de savoir ce que vous attendez de nous et comment nous pouvons encore mieux répondre à vos attentes.

Je dirige CBC/Radio-Canada depuis presque dix ans. Mon mandat se termine le 31 décembre.

Vous me permettrez donc, je l’espère, de faire un bref tour d’horizon pour remettre en perspective ces dernières années.

Il y a dix ans, les iPad, Netflix, Vice, Snapchat, Spotify, Instagram et Amazon n’existaient pas encore (du moins pas dans leur forme actuelle). Seulement 9 % des Canadiens possédaient un téléphone intelligent, alors qu’aujourd’hui, c’est plus de 70 % qui en ont un!

Notre virage numérique a été audacieux, innovateur, courageux… et difficile.

Ce virage nous a permis de faire de CBC/Radio-Canada – qui était une organisation vieille de 80 ans et dont la réputation reposait sur ses émissions de radio et de télévision – ce qu’elle est aujourd’hui : l’entreprise médiatique numérique numéro un au Canada.

Nous avons réussi notre transformation malgré des défis financiers de taille, un écosystème médiatique fragmenté et l’arrivée des Google, Facebook et Netflix de ce monde, qui ont mis en péril le modèle d’affaires sur lequel repose toute l’industrie de la radiodiffusion.

Et tout au long de cette transformation incroyable, nous avons respecté et même renforcé le mandat législatif que nous avons envers les Canadiens.

Nous avons placé les services locaux au cœur de notre Stratégie 2020 – notre plan stratégique de cinq ans lancé en 2014. Nous avons créé huit nouvelles stations multimédias dans les communautés à travers le pays et renforcé notre couverture régionale à raison de 18 heures par jour, de « Bonjour » à « Bonsoir », sept jours par semaine.

Nous avions dit que nous doublerions notre portée numérique à 18 millions de visiteurs uniques chaque mois d’ici 2020. Et bien, nous avons dépassé cet objectif cet été, soit deux ans et demi plus tôt que ce qui était prévu. De plus, ce nombre de 18 millions n’inclut pas les 2 millions d’abonnés à nos comptes Facebook et Twitter.

L’application de CBC News est maintenant l’application de nouvelles numéro un au Canada avec plus de 3,9 millions de téléchargements. Nous arrivons en tête du classement des baladodiffusions avec plus de 200 millions de téléchargements depuis 2016; le populaire balado de journalisme d’enquête Someone Knows Something a été téléchargé à lui seul plus de 30 millions de fois.

Les émissions d’ICI TOU.TV sont regardées en continu sur le web plus de 6,4 millions de fois chaque mois. Récemment, Radio-Canada a lancé RAD, un laboratoire de création dont la mission est de trouver de nouvelles façons de présenter nos émissions d’information et d’affaires publiques sur les médias sociaux pour rejoindre les citoyens numériques. Ce projet génère déjà du contenu captivant, produit par 15 reporters et concepteurs qui sont tous âgés de moins de 35 ans et qui possèdent un talent pour la création numérique axée sur l’utilisateur. Je vous encourage fortement à aller voir ce qu’ils font sur Facebook!

Sur le web, nous avons aussi Espaces autochtones, de Radio-Canada, et CBC News: Indigenous, deux portails extrêmement populaires consacrés aux histoires autochtones.

Nous sommes reconnus aujourd’hui comme un chef de file du numérique parmi les radiodiffuseurs publics.

En cette époque de « fausses nouvelles », nous sommes fiers d’être la source d’information la plus digne de confiance des Canadiens.

Cette confiance est due en grande partie à nos journalistes extrêmement talentueux qui travaillent sans relâche. Je suis très heureux que certains d’entre eux soient avec nous aujourd’hui pour partager leurs expériences avec vous.

Si nous connaissons un tel succès, c’est clairement grâce à l’engagement de nos Radio-Canadiens et de nos CBCers envers la radiodiffusion publique, et grâce à leur créativité, à leur vision et à leur résilience.

Je terminerai bientôt mon mandat et je tiens aujourd’hui à dire un très grand merci à toutes les personnes qui travaillent à CBC/Radio-Canada et à mon Équipe de la haute direction qui ont eu à cœur cette transformation et qui l’ont réussie de façon spectaculaire.

Je veux aussi remercier les membres de notre Conseil d’administration pour le temps qu’ils ont consacré au radiodiffuseur public, ainsi que Rémi qui a assuré la présidence du Conseil ces cinq dernières années.

Votre radiodiffuseur public est un endroit extraordinaire où travailler. Nous continuons d’attirer certains des talents les plus brillants de notre pays et nous ne cessons jamais de nous réinventer. Ces deux dernières années, nous avons embauché près de 250 personnes pour réaliser nos initiatives numériques et formé près de 2 900 Radio-Canadiens et CBCers, puisque cette transformation est un processus qui n’a pas de fin en soi.

Et nous continuons de faire tout ça en mettant fermement l’accent sur la diversité et l’inclusion. Notre vision est claire : nous désirons inclure une gamme de visages, de voix, d’expériences et de perspectives dans nos contenus et nos milieux de travail afin d’être à l’image de la mosaïque qu’est notre pays dans tout ce que nous faisons.

J’espère qu’un jour, certains d’entre vous se joindront à nous.

D’ici là, j’ai hâte de connaître vos points de vue et de répondre à vos questions.

Outil de soulignement de texte