Modernisation de nos rapports sur la télévision traditionnelle pour les Relevés financiers concernant le secteur de la radiodiffusion du CRTC

13 juillet 2018, Ottawa

Les Faits saillants des relevés financiers de 2017 du secteur de la radiodiffusion sur la télévision traditionnelle que le CRTC a récemment publiés ont créé une certaine confusion dans les médias à propos de notre rendement. Le CRTC vient de publier une mise à jour qui dissipe tout malentendu :
(https://crtc.gc.ca/fra/publications/reports/branalysis/fin2017.htm).

On y mentionne notamment que : « Les stations de télévision traditionnelle de la SRC ont signalé une baisse de plus de 20 % de leurs revenus totaux, lesquels sont passés de 1 185 millions de dollars en 2016 à 944 millions de dollars en 2017. Cette baisse de revenu est attribuable en partie à un changement dans la méthodologie de rapport de façon d’exclure les revenus et crédits parlementaires associés aux activités numériques. De plus, la SRC a connu une baisse de revenus publicitaires au niveau de la télévision traditionnelle. »

Il est important de noter que le CRTC inclut nos crédits parlementaires dans nos revenus. Par conséquent, lorsque le CRTC fait état d’une baisse de 20 % de nos revenus totaux pour la télévision, cela inclut nos crédits parlementaires, les revenus de publicité et les autres sources de revenus de nos services de télévision traditionnelle.

En tant que diffuseur public du Canada, nous finançons nos dépenses à partir de nos revenus publicitaires et de nos crédits parlementaires.

Les revenus totaux tirés des activités courantes de CBC/Radio-Canada – comme ceux de l’industrie en général – ont décliné par rapport à l’année précédente en raison de l’effritement du marché publicitaire. Mais nos revenus n’ont pas diminué de 20 %.

Comme nous le mentionnons dans notre Rapport annuel 2016-2017 : « Les revenus publicitaires tirés des activités courantes ont connu une baisse générale de 0,7 %. »

La baisse des revenus dont le CRTC fait mention s’explique en partie par un changement dans la présentation de l’information financière : nous excluons désormais les revenus publicitaires numériques et les crédits parlementaires associés à nos activités numériques.

Dans les rapports que nous présentons au CRTC, nous n’incluons plus les revenus tirés de nos activités numériques (ou nos crédits parlementaires associés à nos activités numériques) afin de présenter l’information de la même manière que les autres télédiffuseurs, considérant que les activités numériques sont exemptées des obligations de licence du CRTC.

Nous avions discuté de ce changement avec le CRTC avant de présenter notre rapport.

Pour plus d'information, veuillez communiquer avec :

Outil de soulignement de texte