Questions et réponses

Questions

1. Radio-Canada occupera l’équivalent de 50 % des espaces actuels. Comment expliquer cette diminution?

  • Nous occuperons l’espace qui correspond à nos besoins. Ainsi :
    • Il y aura quatre (4) plateaux multifonctionnels, dont un aussi grand que le studio 42, mais plus polyvalent ;
    • Les espaces voués aux archives seront réduits, puisqu’elles seront numérisées.
  • Les espaces de travail sous-utilisés ou inutilisés ne seront pas reproduits. Par exemple, on évalue que la moitié des studios de radio est inoccupée. Cette réalité sera prise en considération dans la définition des nouvelles installations.
  • Au même titre, les pertes d’espaces liées aux contraintes architecturales seront enrayées. La nouvelle MRC sera plus fonctionnelle.
  • Enfin, le projet vise la mise en place d’un environnement collaboratif et à aires ouvertes, mieux adapté à une entreprise de création. Cela permettra de reconfigurer et de réduire les espaces administratifs, en plus d’améliorer la collaboration entre les équipes de travail. D’ici 2017, des projets pilote seront menés pour tester ce nouvel environnement de travail.
  • La nouvelle MRC à Montréal demeurera le plus grand centre de production et de diffusion francophone au pays, à la télévision, à la radio et sur le web.
  • Dans quatre ans, la nouvelle MRC reflètera les effets de la transformation et du repositionnement de Radio-Canada.

2. CBC/Radio-Canada vendra ses actifs?

  • Oui. Dans le cadre de sa stratégie immobilière, la Société compte se départir de la propriété de ses terrains et de ses installations. CBC/Radio-Canada jouira d’un bail à long terme pour la nouvelle MRC à Montréal.
  • La gestion d’actifs immobiliers n’est pas une activité fondamentale de la Société. La mise en œuvre de solutions qui transfèrent les risques relatifs à la propriété d’immeubles (y compris les obligations d’entretien) à des tiers est d’ailleurs celle qui a été retenue dans d’autres projets de CBC/Radio-Canada.

3. Pourquoi opter pour la location? Rester propriétaire ne serait-il pas moins coûteux?
La location est financièrement plus attrayante que la propriété : elle permet de transférer les risques au promoteur immobilier et de nous concentrer sur nos activités essentielles, en plus d’offrir une polyvalence supplémentaire en fonction de l’évolution de nos besoins.

4. La MRC actuelle sera-t-elle détruite?
Non. Peu importe la proposition retenue, la tour sera conservée et elle continuera d’arborer le logo de la Société. Cette exigence a été incluse dans le règlement de zonage adopté en 2009 par la Ville de Montréal.

5. Combien coûterait la rénovation complète des installations actuelles?
Ce sont des informations confidentielles que nous ne dévoilerons pas pour l’instant afin d’éviter d’influencer les propositions qui nous seront présentées par les consortiums.

6. Pourquoi ne pas opter pour le scénario visant à rénover la tour?
Selon les estimations obtenues, il ne s’agit pas de l’option la plus économique, ni de la plus fonctionnelle.

7. Se peut-il qu’aucun projet ne se réalise?
Le projet de développement de la MRC à Montréal doit se concrétiser. Les installations actuelles ne répondent plus à nos besoins et exigent des investissements trop importants pour la Société. De plus, on peut difficilement envisager de conserver indéfiniment d’immenses terrains de stationnement en plein air au centre-ville d’une métropole comme Montréal. Il y a une convergence entre la Ville, la communauté et CBC/Radio-Canada pour développer ce site.

Selon nous, il s’agit d’une occasion à saisir maintenant. La construction du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) amènera des besoins accrus en logements. Les nouveaux espaces résidentiels pourront contribuer à y répondre et faciliteront le développement du site.

Ceci dit, tout projet devra recevoir l'aval du Conseil d'administration de CBC/Radio-Canada et du Conseil du Trésor du Canada avant de pouvoir prendre forme.

8. Quelle somme la Société prévoit-elle investir dans ses nouvelles installations? Quelle est l’enveloppe budgétaire prévue?
CBC/Radio-Canada basera son choix sur la proposition qui lui offrira le meilleur coût d’occupation en fonction des besoins exprimés et de sa capacité financière. Nous ne pouvons annoncer à l’avance ce qu’il en coûtera exactement, puisque le processus de Demande de propositions doit d’abord être complété.

Les plans financiers portant sur la location des installations seront éventuellement rendus publics, lorsqu’une proposition finale aura été identifiée et que les instances appropriées (CA de CBC/Radio-Canada et Conseil du Trésor) l’auront approuvée.

9. Quels sont les trois consortiums retenus pour présenter une proposition?
Les trois (3) consortiums retenus en août 2012 pour développer des propositions sont :

  • Consortium Média Cité (mené par Busac Inc.) ;
  • Partenaires du développement de la Maison (mené par Broccolini) ;
  • SNC-Lavalin/Prével.

Au cours du mois d’août 2013, le consortium mené par SNC-Lavalin s’est désisté du processus de demande de proposition pour des raisons propres à leur entreprise. Ceci ne modifie en rien le processus d’appel d’offre en cours. Le projet se poursuit normalement avec les autres consortiums en lice qui ont jusqu’à l’hiver 2014 (9 mois) pour nous soumettre leur proposition.

10. Pourquoi avoir choisi un partenariat avec des firmes du secteur privé pour réaliser le projet?
Une précision : Il ne s’agit pas d’un PPP. CBC/Radio-Canada ne reprendra pas possession des installations à la fin du bail à long terme. Cette formule a été retenue car elle n’exige pas d'investissements dans l'entretien pendant et après le terme du bail.

Le processus d'approvisionnement du projet obéit à une tendance lourde observée en radiodiffusion et dans d’autres secteurs d’activité économique :

  • Transfert des risques à un partenaire compétent ;
  • Certitude quant aux coûts ;
  • Polyvalence des espaces pour usages futurs.

11. Pourquoi faire une demande de propositions auprès de trois (3) consortiums seulement et ne pas lancer un appel d’offres public?
La demande d’intérêt de l’automne 2011 et la demande de qualification, lancée en avril 2012, étaient publiques. Toutes les entreprises intéressées pouvaient y participer. Lors de la demande de qualification, il était convenu dans les documents remis aux candidats qu’un maximum de trois consortiums serait choisi, après analyse et évaluation des dossiers, pour développer des propositions. La Demande de propositions s’adresse donc uniquement aux 3 consortiums retenus à l’étape de la qualification.

12. La Société a-t-elle établi des critères éthiques et si oui quels sont-ils?

  • Oui. Le respect de règles d’éthique fait partie des exigences de la demande de propositions. Chacun des consortiums devra se doter d’un code d’éthique et s’engager à le respecter en tout temps.
  • Des déclarations et attestations quant à l’intégrité et au respect des règles éthiques seront requises de la part des soumissionnaires et/ou des membres des consortiums.
  • Afin d’assurer l’intégrité du processus, CBC/Radio-Canada se réserve également le droit, à tout moment :
    • D’imposer des exigences supplémentaires en matière d’éthique et de demander une preuve que les membres s’y conforment ;
    • De rejeter une proposition ou d’exiger le remplacement d’un membre s’il est déterminé par des instances en autorité que le soumissionnaire ou un membre s’est adonné à des pratiques inappropriées ou a eu un comportement non-éthique.
  • Un vérificateur externe de processus s’est assuré que l’exercice de qualification soit équitable, ouvert et transparent. Le rapport public qu’il a signé à la fin de la démarche témoigne que ces principes ont en tous points été respectés. Il est possible de consulter le document sur le présent site. Ce vérificateur sera impliqué dans toutes les étapes de la demande de propositions et il produira un autre rapport public.

13. Pourquoi choisir un concept d’aménagement collaboratif et à aires ouvertes?
Ce concept est devenu la norme dans plusieurs entreprises de création similaires à la nôtre, dont la BBC. La volonté de la Société est de l’implanter partout où il sera possible de le faire. D’ailleurs, les plus récents projets immobiliers, comme ceux à venir, intègrent l’environnement de travail collaboratif et à aires ouvertes.

Ce type d’aménagement permettra d’améliorer la collaboration et les échanges entre les équipes de travail. Il sera plus facile de communiquer entre nous, ce qui améliorera notre efficacité comme organisation.

14. Quels sont les avantages du projet pour la Société?

  • Le projet permettra à CBC/Radio-Canada de transférer les risques du développement immobilier à des partenaires privés, de monétiser les actifs et de se doter d’une nouvelle MRC qui saura répondre aux besoins actuels et futurs, tout en protégeant les budgets de programmation.
  • Le projet permettra à la Société d’évoluer dans un milieu de vie dynamique, occupé par des gens plutôt que par des stationnements.
  • Les économies dégagées par la mise en œuvre du projet de développement seront réinvesties dans la programmation. Toutefois, le modèle financier nous engage d'abord à payer un loyer, à continuer à payer nos impôts et d'autres dépenses annuelles courantes avant de dégager des économies.

15. Quels sont les avantages du projet pour le quartier où se trouve la MRC?

  • La MRC est présentement enclavée et déconnectée du quartier. Le projet permettra de :
    • Construire des liens plus fonctionnels avec le quartier et de favoriser une meilleure intégration urbaine, dans le respect de la communauté environnante ;
    • Proposer une offre diversifiée de logements, dont des logements sociaux, communautaires et abordables ;
    • Bonifier l’offre de services de commerces et de bureaux au bénéfice des employés et des citoyens ;
    • Réaménager le site selon les principes du développement durable (LEED-Silver pour la nouvelle MRC et LEED-ND pour l’ensemble du site, présence d’espaces verts, réduction des îlots de chaleur, gestion écologique de l’eau et de l’énergie, stations de vélos en libre-service et d’auto-partage).
  • Le développement de la MRC à Montréal favorisera la mixité d’usages et d’utilisateurs sur le site, en plus de créer un nouveau milieu de vie.

16. Des logements sociaux et abordables seront inclus dans les futures constructions?

  • Oui. L’Accord de développement intervenu en 2009 entre CBC/Radio-Canada et la Ville de Montréal prévoit que :
    • 20 % des logements construits sur le site devront être des logements sociaux;
    • 10 % des logements devront être abordables.
  • Une partie des logements sociaux et abordables sera réservée aux personnes âgées et aux familles.

Outil de soulignement de texte