SCRC

SCRC

L'entente de principe approuvée par 81 % des employés membres du SCRC

Publié - 23 septembre 2018

Le 23 septembre 2018 – Suite au vote qui s’est déroulé samedi et dimanche, les employés membres du SCRC se sont prononcés en faveur de l’entente de principe intervenue dernièrement entre CBC/Radio-Canada et le Comité de négociation syndical. Le diffuseur public se réjouit de ce résultat, qui survient après deux ans et demi de négociation. Une rencontre sera organisée prochainement pour officialiser la ratification de la nouvelle convention collective. Celle-ci entrera alors en vigueur et constituera le contrat de travail pour les trois (3) prochaines années, soit jusqu’en 2021.

Pour CBC/Radio-Canada, cette nouvelle convention sera profitable à l’organisation comme à ses employés, en cette ère où les médias sont en pleine mutation et doivent s’ajuster rapidement aux habitudes de consommation des auditoires. Elle permettra entre autres à l’entreprise de demeurer compétitive et pertinente et d’être plus flexible dans ses opérations.

« Ce nouveau contrat de travail ne pourra être un succès sans l’apport et la collaboration de tous, a souligné Michel Bissonnette, vice-président principal de Radio-Canada. C’est en travaillant ensemble, comme nous savons si bien le faire, que nous parviendrons à enrichir la vie démocratique des citoyens partout au pays, à offrir des contenus canadiens originaux et audacieux. C’est en étant un radiodiffuseur public moderne, tourné vers l’avenir et en phase avec les besoins de toutes les communautés, que nous demeurerons à l’avant-garde de la création au Canada pour les prochaines années. La nouvelle convention collective nous permettra d’avoir les moyens de nos ambitions. »

« Au cours des prochaines semaines, nous veillerons à ce que la transition entre les anciennes conventions collectives et la nouvelle se fasse le plus aisément possible. Nous continuerons de travailler avec les employés au maintien d’un sain climat de travail, afin que tous puissent contribuer pleinement à la réussite du radiodiffuseur public de demain », a conclu Michel Bissonnette.


Blitz de négociations dès le 5 septembre

Publié - 31 août 2018

Le 30 août 2018 – Ces derniers jours, nous avons échangé avec le SCRC sur la reprise prochaine de la négociation. Nous avons convenu d’intensifier les pourparlers à compter du 5 septembre et ce, jusqu’à l’obtention d’une entente négociée. Cette ouverture confirme que nous désirons, en toute bonne foi, faire avancer la négociation pour parvenir à une entente. Nous maintenons qu’il aurait été préférable de prolonger la période de conciliation afin d’éviter l’acquisition des droits de grève et de lock-out, option qui a été, comme vous savez, rejetée par le SCRC.

Même volonté de négocier et de convenir d’une entente

Notre volonté est toujours la même depuis le début de la négociation, en mai 2016 : nous sommes ouverts au dialogue et nous cherchons à dégager des compromis qui mèneront à une entente satisfaisante pour tous. Contrairement à ce qui a été véhiculé ces derniers jours auprès des employés membres du SCRC, jamais nous ne nous sommes traîné les pieds, au contraire. Il est en effet erroné de prétendre que nous avons été immobiles et que nous avons laissé passer la période de conciliation sans bouger.

Il faut aussi se rappeler que la négociation actuelle ne porte pas sur une simple reconduction de convention collective. Trois syndicats ont fusionné et nous devons nous entendre sur le contenu d’un tout nouveau contrat de travail. Le processus est long. Malgré les rejets consécutifs de l’entente de principe et de l’offre complète de règlement, nous espérons que la tenue des prochaines rencontres puisse faire progresser les choses.

Préparation d’un plan pour faire face à l’éventualité d’un conflit

Suite au refus du SCRC de prolonger la période de conciliation et devant la possibilité d’un conflit de travail (comme déjà mentionné, les droits de grève et de lock-out seront acquis le 16 septembre), nous n’avons d’autre choix que de nous préparer en conséquence. Un comité est en place pour planifier les opérations et identifier les impacts sur la programmation qui résulterait d’un tel conflit, toutes plateformes confondues. Il ne s’agit pas de susciter la peur et de faire pression sur nos employés, mais plutôt d’un geste responsable de la part du diffuseur public envers ses auditoires.

C’est d’ailleurs pourquoi, dès la semaine prochaine, nous débuterons les formations auxquelles plusieurs d’entre vous seront appelés à participer. Nous accélérons nos démarches car nous devons être prêts à faire face à toute éventualité. Rappelons par ailleurs, selon nos informations, que le SCRC n’a pas encore reçu de mandat de grève de ses membres.


Fin officielle de la période de conciliation

Publié - 28 août 2018

Le 28 août 2018 – Tel qu’annoncé dans notre communication précédente, la période de conciliation a officiellement pris fin le 25 août. Le SCRC ayant refusé notre proposition de prolonger cette période, nous avons confirmé notre volonté de poursuivre la négociation dans le cadre d’une médiation. Rappelons que l’échéance de la conciliation mènera à l’obtention des droits de grève et de lock-out, le 16 septembre. Selon nos informations, le SCRC n’a pas encore obtenu de mandat de grève de ses membres.

Dépôt des demandes syndicales au mois d’août

Durant les derniers jours, nous avons poursuivi l’analyse des demandes déposées le 9 août par le syndicat, soit plus d’un mois après le début de la conciliation. Comme la proposition complète de règlement est devenue caduque en raison de son rejet par les membres du SCRC et que nous avons reçu en août seulement les propositions du syndicat, nous travaillons toujours à préparer notre retour. Il ne s’agit pas d’une mince tâche mais d’un travail sérieux, qui nécessite une bonne compréhension de ces demandes.

Dans les faits, le SCRC a pris environ 6 semaines pour déposer ses nouvelles propositions suite au rejet de notre offre complète de règlement, alors que nous les analysons depuis une dizaine de jours seulement. Le syndicat savait pertinemment bien que nous aurions besoin de ce temps pour étudier ses demandes, obtenir un nouveau mandat auprès des instances concernées et reprendre les pourparlers en bonne et due forme. Il est donc inexact de parler de stratégie d’immobilisme de notre part.

Affichage syndical et rectification des faits

Le SCRC procède fréquemment à de l’affichage sur les babillards de la MRC. Or, plusieurs d’entre eux ne sont pas dédiés à ce type de communication. Nous verrons à ce que le matériel soit désormais retiré de ces endroits et nous enjoindrons une fois de plus les représentants syndicaux à respecter cette politique qui s’applique à tous, sans exception. Soulignons que le SCRC dispose déjà de babillards pouvant lui permettre d’informer ses membres.

Par ailleurs, ces communications comportent parfois des affirmations erronées. Tel que nous l’avons mentionné au SCRC, nous corrigerons les faits si aucune action n’est prise par le syndicat pour se rétracter auprès de ses membres. Malgré l’identification d’erreurs de faits et quelques relances, aucune action n’a encore été prise par nos vis-à-vis à cet effet. Nous agirons donc en conséquence au moment où nous le jugerons opportun.

Rencontres sur les lieux de travail

Dernièrement, il nous a été rapporté que des rencontres ou des discussions avaient cours entre des représentants syndicaux et des employés membres du SCRC durant la prestation de service, sur les heures de travail. En tant que gestionnaires, vous pouvez intervenir et rappeler que cette pratique n’est pas permise. N’hésitez à communiquer avec nous pour nous rapporter toute intervention de ce genre ou pour obtenir le soutien approprié.

Pour toute question ou commentaire, n’hésitez pas à communiquer avec moi au 514 597-6708 ou à benoit.ladouceur@radio-canada.ca.


Le point sur la négociation avec le SCRC

Publié - 9 juillet 2018

Le 9 juillet 2018 – Le 26 juin dernier, nous avons reçu confirmation de la nomination de madame Marcelle Brière à titre de conciliatrice. Celle-ci accompagnera les parties dans la recherche de solutions. Il est à noter que madame Brière a participé au processus de conciliation/médiation lors de la négociation entre Radio-Canada et l’Association des réalisateurs (AR), en 2016.

Rencontres individuelles

Les représentants de CBC/Radio-Canada et du SCRC seront d’abord rencontrés individuellement par la conciliatrice. De notre côté, un rendez-vous a été confirmé pour le mercredi 18 juillet. Une fois ces rencontres complétées, les pourparlers pourront reprendre et nous aurons à convenir ensemble d’un calendrier de travail pour les prochaines semaines. L’ordre des sujets à aborder devra aussi être établi.

Nouveau mandat de négociation

Durant les prochaines semaines, nous aurons à revoir et à valider notre mandat de négociation auprès des instances concernées de CBC/Radio-Canada. Nous avions clairement indiqué que cette étape deviendrait incontournable, advenant le rejet de notre proposition complète de règlement. Nous vous partagerons les grandes lignes du nouveau mandat de négociation sous peu.

Dépôt d’une plainte au Conseil canadien des relations industrielles (CCRI)

Depuis avril dernier, une série d’événements et de positions prises par les représentants syndicaux, nous portent à croire que le SCRC n’a pas négocié de bonne foi. Conséquemment, nous avons déposé, aujourd’hui, une plainte pour négociation de mauvaise foi. Nous en avons informé le syndicat. Ce dépôt ne remet aucunement en cause notre volonté de négocier et de dégager un terrain d’entente.

Étapes liées à la conciliation

Le mandat de la conciliatrice est effectif jusqu’au 25 août 2018. Après cette date, toute prolongation nécessitera le consentement de CBC/Radio-Canada et du SCRC. Si la conciliation n’est pas prolongée, il sera possible pour les parties d’avoir recours à la médiation, pour une période illimitée. Vingt et un (21) jours après la fin de la conciliation, les droits de grève et de lock-out seront acquis de part et d’autre, mais la médiation pourrait tout de même se poursuivre.


REJET DE LA PROPOSITION DE CBC/RADIO-CANADA

Publié - 22 juin 2018

Le 22 juin 2018 – Nous avons eu confirmation, aujourd’hui, que 78% des employés membres du Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC) ayant exercé leur droit de vote à Montréal, dans les régions du Québec et à Moncton, se sont prononcé contre la proposition de règlement de CBC/Radio-Canada.

Pourtant, suite au rejet de l’entente de principe à l’Assemblée générale du 21 avril dernier (56% des employés ayant voté se sont prononcé en défaveur, alors que 44% l’ont approuvée), le comité de négociation patronal a déposé de nouvelles propositions qui répondaient aux attentes exprimées par les employés. En effet, plus de postes permanents ont été créés à l’Information, à la production et en région, des augmentations salariales plus généreuses ont été consenties pour l’année 2018, les règles encadrant les affectations des employés temporaires ont été assouplies et la position initiale sur les horaires de travail a été révisée.

Bien qu’extrêmement déçu, le diffuseur public accepte la décision des membres du SCRC qui se sont exprimé.

Nouveau mandat de négociation

Suite aux rejets consécutifs de l’entente de principe et de la proposition de règlement, CBC/Radio-Canada reverra son mandat de négociation. Le diffuseur public a négocié de bonne foi et considère avoir été au bout de l’exercice, entamé il y a un peu plus de deux ans. La proposition complète de règlement devient donc caduque à compter de maintenant, ce qui signifie que les pourparlers reprendront sur une toute nouvelle base. Plusieurs articles feront alors l’objet de nouveaux débats, à la lumière du futur mandat de négociation.

Rappelons que les discussions ont débuté en mai 2016, suite à la fusion du SCRC, du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP, section locale 675) et du Syndicat des technicien(ne)s et artisan(e)s du réseau français de Radio-Canada (STARF-SCFP 5757). En un peu plus de deux ans, les parties se sont rencontrées à plus de 150 reprises et ont échangé environ 400 textes.


Développements de dernière heure

Publié - 15 juin 2018

Le 15 juin 2018 – Nous avons reçu confirmation que les instances syndicales demanderont aux employés membres du SCRC de rejeter notre proposition complète de règlement. C’est leur droit de le faire, comme c’était aussi leur droit de proposer l’appui de l’entente de principe en avril dernier…qui, au final, a été rejetée.

Compte tenu des discussions que nous avons eues depuis deux ans, de l’entente de principe intervenue en avril dernier et du contenu de notre proposition, nous nous expliquons très mal cette prise de position. Le porte-parole syndical nous a expliqué cette décision en se basant sur son interprétation du climat de travail qui serait, selon lui, « mauvais » dans plusieurs services de l’organisation. Il n’a pas été en mesure de donner plus de détails.

De plus, si le vote des employés est négatif, nous avons confirmation du porte-parole syndical qu’un avis de différend sera déposé, ce qui nous mènerait inévitablement vers un processus de conciliation et donc, vers l’obtention des droits de grève et de lock-out. Pour notre part, toujours s’il advient que les employés rejettent le vote, nous devrons examiner toutes les options qui s’offrent à nous et obtenir un nouveau mandat de négociation auprès du Conseil d’administration de CBC/Radio-Canada.


Une proposition complète de règlement pour une bonne convention

Publié - 8 juin 2018

Nous avons déposé, ce matin, une proposition complète de règlement au SCRC. Cette proposition comporte tous les éléments d’une bonne convention. Elle répond aux besoins exprimés par les employés, tout en permettant à l’organisation d’obtenir la flexibilité organisationnelle recherchée depuis le début de la négociation.

Suite au refus de l’entente de principe, nous avons écouté et travaillé pour offrir une proposition plus juste et plus généreuse. Ainsi, nous avons bonifié de façon importante l’entente de principe intervenue le 1er avril dernier, tout en respectant notre mandat et le cadre financier de CBC/Radio-Canada. Par exemple, nous avons ajusté nos propositions pour créer plus de postes permanents, à l’Information, à la production et en région. Nous avons consenti des augmentations salariales plus significatives pour l’année 2018 et nous avons assoupli notre position sur les horaires de travail.

Nous croyons que cette proposition est la bonne et nous souhaitons qu’elle puisse être soumise aux employés avant la période estivale. Nous ne pouvons aller plus loin dans nos efforts pour dégager des consensus. Nous avons été au bout de l’exercice, entamé il y a maintenant plus de deux ans.

La balle est maintenant dans le camp des représentants syndicaux, qui doivent déterminer la suite des choses et la tenue ou non d’un vote. Le 22 juin est, pour nous, la date butoir pour la tenue d’un vote. Si nos employés ne sont pas consultés avant le début des vacances, nous devrons inévitablement obtenir un nouveau mandat de négociation auprès du Conseil d’administration, composé comme vous le savez de nouveaux membres et bientôt piloté par un nouveau Président du Conseil et une nouvelle Présidente-directrice générale.

Retourner au Conseil d’administration cet automne voudrait aussi dire que les demandes du SCRC seraient prises en considération avec celles de la Guilde, puisque la négociation débutera avec celle-ci.

Selon nos informations, une assemblée des délégués syndicaux est prévue lundi prochain, le 11 juin. Nous en saurons alors plus sur la volonté du SCRC suite à cette rencontre.

La négociation en dates

Mai 2016 Début de la négociation.
1er avril 2018 Entente de principe entre les comités de négociation.
21 avril 2018 Assemblée générale des membres du SCRC – vote défavorable à l’entente :
  • 55% contre, 45% en faveur;
  • Selon nos informations, moins de 175 votes d’écart.
12 mai 2018 Assemblée générale des membres du SCRC :
  • Actualisation du mandat de négociation syndical;
  • Selon nos informations, environ 300 participants.
22 mai 2018 Reprise de la négociation.
8 juin 2018 Dépôt d’une proposition complète de règlement par Radio-Canada.


CBC/Radio-Canada et le SCRC déposent leurs demandes

Publié - 5 mai 2016

Le 5 mai 2016 – Tel que prévu, CBC/Radio-Canada et le Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC) se sont rencontrés ce matin. La Société a déposé son cahier de demandes complet (projet de convention pour discussions), alors que le SCRC a partagé son cahier de revendications. Les parties ont brièvement présenté le contenu de leur document respectif et ont convenu de se rencontrer à nouveau le 10 mai. Cette prochaine séance permettra de répondre aux questions, de part et d’autre. L’ordre des sujets à discuter à la table sera ensuite déterminé. D’autres rencontres sont prévues jusqu’au 29 juin.

Ouverture à la discussion sur les thèmes syndicaux

CBC/Radio-Canada est consciente que des sujets tels que la précarité d’emploi, la formation et la surcharge de travail sont importants pour le SCRC et les employés qu’il représente. La Société n’est pas fermée au dialogue. Au contraire, il est primordial pour elle de favoriser des discussions constructives et de s’assurer du maintien d’un climat de travail à la fois agréable et productif.

La table de négociation, le meilleur endroit pour débattre

Il s’agit du lieu privilégié pour faire progresser les discussions. C’est pourquoi CBC/Radio-Canada compte respecter le principe de la négociation de bonne foi et évitera de commenter les pourparlers à venir ou en cours. Nous reconnaissons le droit du SCRC d’informer ses membres sur l’avancement de la négociation. De la même manière, la Société n’hésitera pas à communiquer des précisions lorsque jugé utile de le faire, toujours de façon respectueuse.

Les prochaines étapes

6 mai Étude des cahiers de demandes par les comités de négociation
10 mai Retour sur les cahiers de demandes et de revendicationsIdentification de l’ordre des sujetsQuestions et réponses
11 ou 30 mai Début des discussions sur le(s) premier(s) thèmes identifié(s)

Pour nous écrire : radio-canada.negos@radio-canada.ca


Publication du SCRC : précisions de CBC/Radio-Canada

Publié - 12 avril 2016

CBC/Radio-Canada souhaite corriger certaines affirmations faites par le SCRC dans sa publication d’aujourd’hui, notamment dans son texte intitulé « Supplément », portant sur le repositionnement de l’Information annoncé le 6 avril dernier.

Ce que le SCRC soutient :

« La décision de la direction générale de l’information, annoncée le 6 avril dernier, est une violation flagrante de la convention collective du SCRC (…) Notre convention est basée sur la notion de composantes, inclue d’ailleurs à la demande patronale lors de la négociation de 1998 (…) Cette décision annoncée alors que nous sommes en pleine négociation est un affront à tous les membres du SCRC et au syndicat qui les représente (…) ».

CBC/Radio-Canada précise :

  • Nous entendons respecter les conventions collectives et nous sommes d’avis que les annonces récentes les respectent. Nous demeurons disponibles pour rencontrer le syndicat.
  • Le SCRC a exprimé ses craintes auprès de la direction des Relations de travail. Tenant compte de ces inquiétudes, une rencontre de relations de travail a été proposée au syndicat afin d’en discuter, en toute ouverture et en toute collaboration. Près d’une semaine plus tard, nous sommes toujours dans l’attente des disponibilités du SCRC.

Pour des négociations constructives et des discussions cordiales

CBC/Radio-Canada est ouverte au dialogue avec le SCRC et nous mettrons tout en œuvre pour favoriser des discussions constructives, propices à la conclusion d’une nouvelle convention collective.

Nous croyons que la table de négociation est le lieu privilégié pour faire progresser ces discussions. Nous comptons respecter le principe de la négociation de bonne foi et nous éviterons de commenter les pourparlers à venir ou en cours sur la place publique. Nous espérons ardemment que le SCRC soit dans le même état d’esprit. Il nous importe cependant de mentionner que nous n’hésiterons pas à rectifier les faits lorsque nous jugerons nécessaire de le faire, comme c’est le cas aujourd’hui.

Dépôt des cahiers de demandes : le 5 mai

CBC/Radio-Canada et le SCRC déposeront leur cahier de demandes respectif lors de la séance de négociation du 5 mai prochain. Le syndicat, tout comme la Société, pourra alors présenter ses thèmes et amorcer le dialogue sur chacun des sujets soumis ensuite.

Classer correction


SCRC

Publié - 10 février 2016

Les discussions avec le SCRC débuteront en mars


Radio-Canada engagera sous peu des discussions historiques avec le Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC). Il s’agira en effet de la toute première négociation depuis la fusion syndicale décrétée par le Conseil canadien des relations industrielles (CCRI), le 15 mai 2015. Rappelons que l’unité fusionnée regroupe le SCRC, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP, section locale 675) et le Syndicat des technicien(ne)s et artisan(e)s du réseau français de Radio-Canada (STARF-SCFP 5757).

Les deux premières rencontres auront lieu en mars prochain. Elles permettront aux représentants patronaux et syndicaux de faire plus ample connaissance, de déterminer les « règles du jeu », de planifier un calendrier de négociation et de présenter leur cahier de demandes respectif.

Radio-Canada est enthousiaste et positive face aux pourparlers à venir avec le SCRC. Cette négociation sera une belle opportunité pour faire du diffuseur public une organisation plus simple, plus fonctionnelle, capable de s’ajuster rapidement aux besoins des auditoires, en lien avec Un espace pour nous tous et le plan d’action 2016-2017 des Services français.

La Société est ouverte au dialogue avec le SCRC et elle mettra tout en œuvre pour favoriser des discussions constructives, propices à la conclusion d’une nouvelle convention collective, en tout respect du principe de la négociation de bonne foi.

D’autres informations vous seront éventuellement partagées. D’ici-là, n’hésitez pas à nous écrire à radio-canada.negos@radio-canada.ca pour toute question ou commentaire.


Outil de soulignement de texte