Revoir la structure syndicale pour mieux répondre aux exigences d’aujourd’hui

Le monde de la radiotélédiffusion d’aujourd’hui n’est plus celui du début des années 90 ni même celui qu’on anticipait il y a une dizaine d’années. L’évolution de la technologie, notamment celle des modes de production et de diffusion, l’intensification de la concurrence et des exigences budgétaires accrues nous obligent à revoir nos modes de fonctionnement.

Pour évoluer dans l’environnement très compétitif d’aujourd’hui et répondre adéquatement aux attentes de nos auditoires, l’allégement de nos structures nous permettrait de réagir plus rapidement au marché. C’est pourquoi Radio-Canada a demandé le 31 mai 2012 au Conseil canadien des relations industrielles (CCRI) de revoir la structure syndicale de ses employés travaillant au Québec et à Moncton.

Radio-Canada croit qu’une structure simplifiée contribuerait à un meilleur climat de travail et permettrait d’entretenir des relations harmonieuses et productives avec ses employés syndiqués. Elle s’inscrit dans une volonté d’entretenir des relations productives avec les unités syndicales et de fournir un environnement de travail qui permet la création de contenus actuels et de haute qualité tout en permettant l’acquisition de compétences et la découverte d’opportunités de carrière enrichissantes. Radio-Canada vise à être plus efficace, en accord avec les meilleures pratiques de l’industrie.

Cette demande se situe dans l’évolution normale des relations de travail et de l’industrie. Par exemple, CBC a demandé et obtenu la révision de ses unités de négociation en 2003. La structure actuelle de Radio-Canada, qui comprend quatre (4) unités de négociation, est en place depuis 1995, soit depuis 17 ans.

La structure syndicale de Radio-Canada qui fait l’objet de la demande de révision

Elle comprend quatre (4) unités de négociation représentant près de 3000 employés qui travaillent au Québec et à Moncton :

  • Le Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC), affilié à la CSN
    (environ 1064 membres au 8 avril 2012)
  • Le Syndicat des technicien(ne)s et artisan(e)s du réseau français de Radio-Canada (STARF)
    (environ 930 membres au 8 avril 2012)
  • Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)
    (environ 548 membres au 8 avril 2012)
  • L’Association des réalisateurs (AR)
    (environ 304 membres au 8 avril 2012)

N.B. : À ces quatre unités s’ajoutent la Guilde canadienne des médias ainsi que l’Association des professionnels et des superviseurs (APS). Toutefois, la Guilde et l’APS ne sont pas incluses dans la demande de révision.


Outil de soulignement de texte