Corrections et clarifications

  • Principes

    Nous mettons tout en œuvre afin d’éviter les erreurs à l’antenne et dans nos contenus en ligne. Dans le respect des principes d’exactitude, d’intégrité et d’équité, nous corrigeons une erreur importante lorsque nous établissons qu’elle a été commise. Cela est essentiel pour maintenir notre crédibilité auprès des Canadiens. Si une mise au point est nécessaire, nous la faisons dans les meilleurs délais et en tenant compte de la portée de l’erreur diffusée.

    Le fait qu’une situation ait pu évoluer et que l’information qui était exacte au moment de sa diffusion ne le soit plus ne signifie pas qu’une erreur a été commise. Toutefois, nous devons considérer la pertinence d’une mise à jour, selon l’importance de l’information et ses répercussions.

    Dans certains cas, l’information n’est pas inexacte, mais risquerait d’induire l’auditoire en erreur; si cela se présente, nous pouvons y apporter une clarification.

    Le responsable de la rédaction ou de l’émission peut habituellement choisir la forme et le moment de la diffusion de la correction ou de la clarification. Dans les cas les plus graves, c’est le directeur qui prendra la décision, en tenant compte entre autres des conséquences sur le plan juridique.

    Dans bien des cas, il est préférable de faire la correction ou la clarification dans l’émission ou la plateforme dans laquelle l’information a été diffusée. L’endroit choisi pour diffuser la correction ou la clarification dépend de son importance, de la gravité de ses conséquences, s’il y en a, ainsi que des circonstances.

    Quand nous corrigeons ou clarifions un article en ligne, nous devrions en prévenir le lecteur.

  • Correction de matériel archivé en ligne

    Dans l’univers numérique, les documents peuvent être accessibles longtemps après leur première diffusion. Un article périmé n’est pas nécessairement faux : il reflète les faits tels qu’ils étaient connus au moment de leur publication et il peut constituer une archive importante.

    La modification d’un article publié altère l’intégrité de nos archives et risque de nuire à notre crédibilité.

    Cependant, si nous pouvons conclure à la lumière de nouvelles informations qu’un document archivé contient des erreurs importantes, nous prenons les mesures nécessaires. Ces mesures peuvent comprendre la révision de l’original, l’ajout d’un rectificatif ou la rédaction d’un nouvel article.

    Toute modification à un document original est consignée afin de préserver la transparence du processus.

    La décision de modifier un article ou son statut est prise par le rédacteur en chef, préférablement après avoir consulté le journaliste concerné.

  • Retrait de contenus

    Le contenu en ligne demeure accessible en permanence. Il arrive que des personnes mentionnées dans nos pages web nous demandent de retirer de nos sites les documents qui les concernent. En général, nous n’accédons pas à ces demandes de retrait.

    Les contenus de nos sites Internet constituent des archives de l’actualité. La modification de ces contenus risque d’altérer l’intégrité de ces archives. Elle pourrait également miner notre crédibilité et la confiance du public à l’égard de notre activité journalistique.

    On peut toutefois considérer des exceptions à la règle lorsque la sécurité des personnes concernées est en jeu ou que d’autres questions d’ordre juridique sont soulevées.

    La suppression de contenus demeure un geste exceptionnel et cette décision doit être prise par le directeur du secteur concerné.

    Nous pouvons parfois envisager d’autres mesures, notamment la correction, la clarification ou la mise à jour d’un article en y ajoutant le dénouement de l’événement couvert.

Outil de soulignement de texte