Langue

  • Qualité et précision

    Radio-Canada est un modèle linguistique pour le public. Le bon usage et la précision des mots soutiennent un journalisme de qualité. La langue utilisée doit être simple, claire et concrète.

    Le style journalistique est précis, concis et accessible. Nous abordons les sujets complexes dans un souci de compréhension. Lorsque nous devons employer un vocabulaire spécialisé ou technique, nous l’expliquons et le mettons en contexte.

    La relation des faits, même concise, doit contenir les nuances nécessaires pour assurer un compte rendu fidèle et facile à comprendre.

    La clarté est aussi essentielle lorsque nous utilisons des nombres et des statistiques. Nous devons bien comprendre les données présentées et éviter de semer la confusion.

    L’usage de certains mots lourds de sens peut nuire à la crédibilité et mérite une attention particulière. La langue évolue constamment. Nous sommes attentifs à l’évolution du sens des mots. Nous consultons les conseillers linguistiques et les autorités rédactionnelles pour nous assurer de bien circonscrire la portée des expressions et des mots sujets à interprétation et pouvant heurter une partie de l’auditoire.

    Nous pouvons utiliser les conventions d’écriture de divers médias sociaux pourvu qu’elles ne nuisent pas à la compréhension de l’information.

  • Niveau de langue et bon goût

    La langue que nous utilisons est de niveau courant, de bonne qualité et accessible.

    Nous respectons et reflétons les valeurs généralement admises dans la société. Nous sommes conscients que les auditoires auxquels nous nous adressons n’ont pas tous la même définition du bon goût. Nous adoptons un ton qui ne risque pas de heurter sans raison la sensibilité du public. Nous évitons, notamment, les jurons, le langage grossier, vulgaire, offensant ou violent, sauf si l’omission de tels propos altère la nature et le sens de l’information présentée.

  • Respect et absence de préjugés

    Nous choisissons notre vocabulaire de façon à respecter l’égalité des droits.

    Par ailleurs, nous choisissons nos expressions de manière à respecter l’égalité des sexes, et nous privilégions les formes inclusives sans toutefois tomber dans la lourdeur excessive.

    Nous sommes conscients de notre influence sur la perception de l’auditoire à l’égard des groupes minoritaires ou vulnérables. En règle générale, nous ne mentionnons pas l’origine nationale ou ethnique, la couleur, l’appartenance religieuse, les caractéristiques ou les déficiences physiques, la maladie mentale, l’orientation sexuelle ou l’âge d’une personne, sauf lorsque c’est important pour la compréhension du sujet ou lorsque cette personne est recherchée et que ses caractéristiques personnelles facilitent son identification.

    Nous évitons l’emploi de généralisations et de stéréotypes, de même que toutes images ou tous propos dégradants, offensants ou susceptibles d’alimenter les préjugés ou d’exposer des personnes à la haine ou au mépris. Nous sommes particulièrement prudents et précis lorsqu’il est question de criminalité.

    Lorsque nous devons faire référence aux groupes minoritaires, nous choisissons le vocabulaire avec soin, en tenant compte de l’évolution de la langue.

  • Propos choquants : bon usage et mise en garde à l'auditoire

    Pour décrire certaines réalités ou rendre compte fidèlement d’une situation, il faut parfois avoir recours à des expressions ou à des citations qui peuvent choquer une partie de l’auditoire. Dans ces circonstances, nous nous limitons à décrire ce qui est essentiel à une bonne compréhension, nous nous assurons de présenter les citations dans un contexte fidèle à l’événement et, s’il y a lieu, nous attribuons les propos aux personnes concernées.

    Nous nous assurons que, selon le contexte dans lequel les propos sont diffusés, ils ne sont pas susceptibles d’exposer quiconque à la haine ou au mépris pour des motifs fondés sur la race, l’origine nationale ou ethnique, la couleur, la religion, le sexe, l’orientation sexuelle, l’âge ou la déficience physique ou mentale.

    Nous respectons le degré de tolérance de l’auditoire en fonction des valeurs généralement partagées par la société.

    Lorsqu’il est nécessaire d’employer des propos qui peuvent choquer une partie du public, nous faisons une mise en garde claire.

Outil de soulignement de texte