Pleins feux sur l'écologie

Regard sur les initiatives environnementales réalisées cette année dont nous sommes particulièrement fiers

Le 22 décembre 2008, CBC/Radio-Canada publiait son premier rapport annuel de performance environnementale. À l’époque, notre stratégie environnementale reposait sur trois principes : la prévention du risque, la mise en œuvre de mesures correctives et la formation du personnel.

Depuis, cette stratégie a considérablement évolué. De rapports de conformité à l’origine, nos rapports présentent aujourd’hui l’état des lieux en matière de durabilité environnementale et de mobilisation des employés, en gardant toutefois une place à la conformité. Nous sommes résolus à mettre en œuvre des solutions durables pour protéger notre environnement et, du même coup, nous encourageons nos employés à adhérer à cet important mouvement. Certaines des initiatives environnementales importantes achevées en 2017-2018 sont présentées ci-dessous.

Stratégie de gestion des meubles inutilisés

Quelques bureaux de CBC/Radio-Canada

Le groupe de travail sur la stratégie de gestion des meubles inutilisés est composé de représentants des services Santé, Sécurité et Environnement, Approvisionnement, Solutions immobilières et Assurances et Gestion des risques, ainsi que des Services juridiques. Il a été créé pour trouver une solution durable aux vieux meubles excédentaires de CBC/Radio-Canada. Auparavant, les meubles devenus inutiles à la suite des fermetures de bureaux, des déménagements de services, des évaluations ergonomiques, etc. étaient envoyés à des sites d’enfouissement. Le groupe de travail a reçu le mandat de mettre en place un programme de récupération de ces meubles pour qu’ils soient réutilisés au sein de la Société, recyclés de façon responsable ou revendus et redistribués à des tiers.

Le groupe de travail a défini et mis en place quatre stratégies, à savoir :

  1. Les meubles brisés encore garantis ont été réparés plutôt que mis au rebut;

  2. La revente de meubles et d’autres biens par GCSurplus, un organisme approuvé du gouvernement du Canada;

  3. Le don de biens à des organismes de bienfaisance enregistrés;

  4. La mise en œuvre d’une solution d’approvisionnement en mobilier qui comprend une analyse de la fin du cycle de vie des biens dans le cadre d’une demande d’offre à commandes (DOC) ou d’une demande de propositions (DP). Tous les fournisseurs approuvés doivent s’être dotés d’une stratégie de recyclage ou de garantie du mobilier pour réduire les déchets.

Deux projets pilotes de vente ont été menés en 2017-2018. Le premier visait de vieilles poubelles et de vieux bacs de recyclage à Toronto, et le second, des meubles et d’autres biens devenus excédentaires à la suite d’un déménagement de nos activités dans un immeuble plus petit à Calgary. Les deux projets ont connu beaucoup de succès : tous les biens ont été détournés des sites d’enfouissement, et la politique sur l’environnement de CBC/Radio-Canada a été observée. Les biens ont été vendus sur le site web de GCSurplus, l’entité du gouvernement du Canada vouée à la vente des biens fédéraux excédentaires, et ceux qui n’avaient pas trouvé preneur ont été donnés à des organismes de bienfaisance connus, comme Habitat pour l’humanité et l’Armée du Salut. Notre société externe de gestion immobilière, Brookfield GIS, a également eu recours à GCSurplus pour vendre notre équipement mécanique et électrique mis hors service. Le graphique ci-dessous illustre le processus suivi pour les deux projets pilotes :

Résumé du processus de GCSurplus

Inventaire complet Inventaire complet
Affichage sur le site web de GCSurplus et enchères Affichage sur le site web de GCSurplus et enchères
Entente avec les acheteurs pour le ramassage Entente avec les acheteurs pour le ramassage
Coordination du ramassage et signature du formulaire de remise

Nous prévoyons que ce programme continuera de prendre de l’expansion, particulièrement à mesure que nous réduirons encore notre empreinte immobilière et que nous regrouperons nos services dans l’ensemble du pays.

Mettre le public au défi de repenser le recyclage (groupe Facebook)

photo décorative

Les employés jouent un rôle déterminant dans notre programme de protection de l’environnement, surtout en ce qui a trait au recyclage. Cependant, le recyclage ne concerne pas uniquement nos employés. C’est un enjeu qui touche tous les Canadiens, et le reste de la planète. L’histoire suivante montre comment, en plus de se plier aux exigences de conformité en matière de recyclage, nos employés incitent aussi la population en général et nos auditoires à repenser la manière dont ils recyclent.

Au début des années 2017, stimulée par la diffusion d’une série de CBC News sur le recyclage, l’équipe des médias sociaux de CBC News Network a créé un groupe Facebook. Le groupe avait pour but d’optimiser notre utilisation de Facebook pour engager la conversation avec le public, et d’explorer les tenants et les aboutissants du recyclage, de déterminer pourquoi cette activité est à un tournant et de définir de meilleures pratiques de recyclage.

Le lancement du groupe a eu un franc succès. Nos auditoires ont répondu à l’appel avec éclat : dans les deux semaines et demie suivantes, plus de 5 700 membres ont publié environ 45 messages chaque jour, 12 000 commentaires et 33 000 réactions.

Nous continuerons d’envisager d’autres occasions de mobilisation dont le groupe pourrait tirer parti dans l’exercice 2018-2019. Les membres pourront prendre part à des événements en direct sur Facebook et ainsi avoir un dialogue interactif avec des spécialistes.

Tout cela s’inscrit dans notre stratégie d’engager la conversation, non seulement avec nos employés, mais aussi avec tous les Canadiens.

Biodiversité

Photo rapprochée d’un groupe d’abeilles

Depuis sa création en 2015-2016, notre programme d’apiculture fait la fierté de nos employés. Au départ, nous avions installé huit ruches à deux établissements; nous en avons maintenant 22, qui sont réparties entre six établissements d’un océan à l’autre (Fredericton, Montréal, Ottawa, Toronto, Vancouver et Winnipeg).

Ruches installées à l’extérieur des bureaux de CBC/Radio-Canada

Notre équipe d’apiculteurs de Fredericton s’est enrichie de nouveaux partenaires à l’automne 2017. Alors qu’auparavant, nous nous adressions à des apiculteurs locaux pour assurer le bon état des ruches, cette fois-ci, CBC/Radio-Canada s’est entendue avec la Central Beekeepers Association (CBA) du Nouveau-Brunswick. Fondée il y a plus de 50 ans, l’association a pour mission de soutenir et d’informer les apiculteurs, et de défendre leur cause, afin d’assurer le dynamisme et la durabilité de la communauté d’apiculteurs du centre de la province. Comme aux cinq autres établissements, les employés ont pu nommer les reines de leur ruche : c’est ainsi que Bee Mmeup et Beelie Jean sont entrées dans la grande famille de CBC/Radio-Canada.

Nous continuons d’offrir chaque année à nos employés des ateliers partout au pays pour les sensibiliser à l’importance des abeilles dans l’environnement, et leur expliquer le fonctionnement interne d’une ruche et l’extraction du miel. Le miel récolté est vendu au personnel, et les fonds recueillis sont versés entièrement à des banques alimentaires locales; cette contribution renforce le volet responsabilité sociale du programme. En 2017-2018, les ruches ont produit quelque 2 500 pots de miel (de diverses tailles), et permis des dons totalisant plus de 8 500 $.

Nous sommes fiers d’être les promoteurs de cette initiative et de contribuer à la cause de l’environnement en faisant connaître les enjeux associés au déclin de la population d’abeilles. L’utilisation de pesticides, la destruction des habitats, le changement climatique et le dépérissement des abeilles observés à l’échelle planétaire ont joué un rôle dans la disparition de celles-ci. Ce phénomène est lourd de conséquences parce que l’abeille contribue à au moins 30 % de la production agricole mondiale et favorise la croissance de 90 % des plantes sauvages. Nos ruches permettent de polliniser les jardins et d’assurer le verdissement en milieu urbain – et produisent du miel en prime!

Place à la durabilité

Calgary

Meubles de bureau de CBC Calgary

Après avoir occupé le 1724, boulevard Westmount pendant 57 ans, CBC Calgary a déménagé ses pénates dans des locaux loués au 2000, Veterans Place à la fin d’octobre 2017. Ce faisant, nous avons réduit de 70 % notre empreinte physique à cet endroit, puisque nous n’avons plus à notre disposition que 18 780 pieds carrés répartis sur trois étages. Le nouvel immeuble comprend le studio central spécialisé le plus moderne du pays et sans régie, et la salle des nouvelles a été aménagée de façon à offrir un environnement de travail collaboratif et entièrement intégré où toutes les équipes sont réunies.

La mise hors service de l’ancien immeuble a ensuite été menée rondement : l’équipement technique et les antennes paraboliques ont été enlevés, et la bibliothèque et les archives ont été vidées de leur contenu. Au départ, aucun plan officiel n’avait été établi pour se départir des meubles et des équipements excédentaires. Cependant, des représentants des équipes Solutions immobilières et Santé, Sécurité et Environnement ont rapidement trouvé une solution durable pour détourner ces actifs des sites d’enfouissement.. C’est ainsi qu’un projet pilote est né : on a fait appel à GCSurplus pour vendre le mobilier laissé dans l’immeuble vacant.

Plus d’une dizaine de chaises de bureau à Calgary

Le succès du projet pilote ne tient pas tant aux revenus – plutôt modestes – générés par les ventes de GCSurplus qu’à la réduction de la quantité de déchets qui auraient pu prendre le chemin des sites d’enfouissement. Nous avons recueilli près de 5 000 $, qui ont été versés entièrement dans le compte du produit des ventes. L’élimination des coûts d’enfouissement a été accompagnée d’autres économies, notamment 25 000 $ au titre des postes de travail et des meubles donnés à Parcs Canada, à Habitat pour l’humanité ainsi qu’à un centre d’hébergement et à la bibliothèque publique à Calgary, et 12 400 $ attribuables à l’élimination des coûts associés aux bacs et à la main-d’œuvre si ces dons n’avaient pas eu lieu. Au total, le projet a généré des économies de près de 43 000 $.

En appliquant des principes de durabilité environnementale, nous avons découvert de nouvelles possibilités et mis en place des méthodes pour détourner des meubles, des déchets électroniques, des équipements et d’autres produits des sites d’enfouissement. Tout en réduisant progressivement notre empreinte immobilière, nous appliquerons des solutions durables pour diminuer les déchets et promouvoir la protection de l’environnement.

St. Boniface

CBC/Radio-Canada St. Boniface

Nous avons achevé un projet de regroupement de nos activités et de mise hors service de nos installations à Winnipeg pendant l’exercice 2017-2018. Ce projet comportait quatre volets principaux :

  • le regroupement de tous les employés des Services français, qui travaillaient à Saint-Boniface, dans l’immeuble de CBC, au centre-ville de Winnipeg;

  • le déménagement des employés de la Transmission dans un espace plus petit, rénové, dans notre édifice à Saint-Boniface;

  • la résiliation de notre contrat de location du lieu de travail initial des employés de la Transmission;

  • la mise hors service de studios dans l’immeuble de Saint-Boniface en vue de louer l’espace inoccupé.

Ainsi, trois studios de radio et un studio de télévision ainsi qu’une centrale d’équipements techniques et téléphoniques ont été mis hors service, produisant une quantité de déchets électroniques suffisante pour remplir aux trois quarts une semi-remorque. Les déchets ont ensuite été traités en vue de leur recyclage. En outre, le regroupement de nos employés dans un seul lieu de travail devrait avoir une incidence sur l’empreinte carbone de notre parc automobile. Auparavant, de nombreux employés dispersés dans plusieurs établissements étaient affectés à la couverture d’un même événement. Aujourd’hui, ces employés quittent le même immeuble et montent à bord d’un seul véhicule. Faisant d’une pierre deux coups, nous avons accru l’efficience de nos processus et réduit notre empreinte écologique.

Iqaluit

Nouveaux bureaux de CBC/Radio-Canada à Iqaluit

En novembre 2016, l’équipe de CBC Nunavut a emménagé dans de nouveaux locaux dont la superficie est inférieure d’un peu moins de 9 800 pieds carrés à celle de leur emplacement précédent. Un plan triennal de recyclage a alors été élaboré. Compte tenu de l’éloignement d’Iqaluit, les opérations de recyclage devaient être minutieusement planifiées pour qu’elles soient maximisées pendant la période où le site est accessible (les bateaux peuvent s’y rendre seulement de juillet à septembre). Le nettoyage du site a été effectué en mettant énormément l’accent sur la réduction des déchets. Très peu de rebuts de l’ancienne station ont été dirigés vers le dépotoir municipal. Le vieux mobilier réutilisable a été donné à des organismes sans but lucratif locaux, et deux conteneurs remplis de divers objets – dont des déchets électroniques et de la ferraille – ont été expédiés par la navette maritime annuelle jusqu’à Québec pour y être traités et recyclés de façon responsable.

Parallèlement, l’équipe a saisi l’occasion d’adopter des pratiques écoresponsables dans la conception de la nouvelle station, notamment une meilleure isolation des murs et des fenêtres. Cette mesure ainsi que la diminution de la superficie occupée (6 230 pieds carrés comparativement à 16 000 pieds carrés dans l’ancien immeuble) ont généré des économies d’énergie substantielles. De plus :

  • La chaleur du centre d’équipement technique est récupérée pour contribuer à chauffer la station.

  • Un système de gestion de la température et des systèmes d’évacuation optimisent les périodes de climatisation de l’air.

  • Un système de filtration d’eau simple à deux étapes fournit de l’eau du robinet dont la qualité décourage l’utilisation de bouteilles d’eau.

  • Les tapis, les meubles et la peinture ont été sélectionnés en fonction de leur faible émission de composés organiques volatils (COV), comme dans toutes nos stations.

  • Un système d’osmose inverse couplé à l’humidificateur a été installé pour éliminer la poussière dans la salle des nouvelles.

L’équipe d’Iqaluit a fait preuve de diligence et d’un esprit d’innovation pour réduire notre impact sur l’environnement local.

L’éclairage DEL

Des projecteurs éclairent un plateau de télévision.

En 2017-2018, la Société a continué de déployer l’éclairage DEL, une source d’économies d’énergie. Amorcé en mars 2018, le remplacement des appareils d’éclairage de la salle des nouvelles à Vancouver a été le fruit d’une collaboration avec des employés clés d’Infrastructure et Services technologiques médias (ISTM), y compris des Solutions immobilières et de Santé, Sécurité et Environnement. Cette opération a été précédée de recherches approfondies pour assurer une application sécuritaire et durable d’une technologie d’avant-garde.

Le remplacement de toutes les lampes fluorescentes éclairant la salle des nouvelles à Vancouver par de nouvelles lampes DEL s’inscrit dans la transition à la haute définition (HD). Les nouvelles lampes DEL :

  • devraient avoir une durée de vie d’au moins 10 ans;

  • peuvent être réglées pour procurer plus de confort et répondre aux exigences de production grâce à un panneau de commande tactile à la fine pointe de la technologie;

  • respectent les normes de CBC/Radio-Canada en matière d’éclairage (et celles du Code canadien du travail);

  • permettront d’éviter d’obstruer les prises de vue des caméras.

L’éclairage DEL a l’avantage de réduire la consommation d’énergie et les coûts d’entretien tout en offrant une certaine flexibilité pour les tournages dans la salle des nouvelles.

Les services de la Transmission continue de remplacer les lampes à incandescence installées sur les pylônes par des lampes DEL. Ce type d’éclairage a été installé en Saskatchewan, aux sites de Gravelbourg (AM-F), de Saskatoon (AM-F) et de Warmley.

La transformation continue de notre parc automobile

Fourgonnette blanche de transmission de CBC/Radio-Canada

En juin 2017, la Maison de Radio-Canada à Montréal a pris possession de son premier véhicule électrique. Utilisé quotidiennement, le véhicule Nissan Leaf a été transféré de Québec à Montréal par souci d’optimisation. Ce fut un succès éclatant. D’après nos statistiques, la demande est très forte, le véhicule ayant fait plus de 300 sorties en neuf mois. Nous devons le succès persistant de ce programme à nos employés. Les utilisateurs nous ont dit que la Nissan Leaf se manœuvrait facilement, assurait une position de conduite confortable et était équipée d’un coffre facile d’accès pour y ranger tout l’équipement nécessaire à la production quotidienne de reportages d’un bout à l’autre de la ville, et en plus, ces nouveaux véhicules nous permettent de réduire nos émissions.

Les services de la Transmission a remplacé huit de ses véhicules en 2017-2018 dans le cadre du programme de renouvellement du parc automobile. Trois de ces huit véhicules ont été remplacés par des véhicules légers. Deux camions de trois quarts de tonne (6,0 l, moteur V8) ont cédé la place à des camions d’une demi-tonne (5,3 l, moteur V8), et un camion d’une demi-tonne (5,3 l, moteur V8), à une camionnette de taille intermédiaire Chevrolet Colorado (3,6 l, moteur V6). Cette dernière, basée au centre de maintenance de Windsor, en Ontario, est utilisée dans le cadre d’un projet pilote visant à déterminer si une camionnette de taille intermédiaire convient aux besoins des services de la Transmission. Si, au bout d’un an, l’expérience est positive, la camionnette remplacera à long terme d’autres véhicules Chevrolet Silverado dans le parc des services de la Transmission, particulièrement aux établissements comptant beaucoup d’employés et de véhicules. Avec cette initiative, nous planifions de nous doter des véhicules les plus efficaces, économiques et appropriés pour nos activités (p. ex. visites de sites ou entretien continu), de manière à abaisser nos coûts d’essence et à réduire globalement notre empreinte écologique.

Bien que les vélos ne fassent pas officiellement partie de notre parc, nous encourageons fortement nos employés à utiliser ce mode de transport. En 2017-2018, 40 espaces de stationnement pour vélos ont été ajoutés au sous-sol de l’immeuble de CBC à Toronto. Parallèlement, nous continuons de promouvoir l’initiative des journalistes à vélo à Ottawa, présentée dans le rapport précédent. En outre, nous avons amélioré l’aire de stationnement pour vélos à notre établissement de CBC à Winnipeg. D’une capacité d’environ 25 vélos, cette aire extérieure située à l’arrière de l’édifice a été sécurisée par l’installation d’une deuxième clôture, recouverte d’un toit et pourvue d’un éclairage LED à des fins de sûreté et de sécurité. Les employés ont bien accueilli ces améliorations. Ce programme continue d’attirer les amateurs de ce mode de transport, qui bénéficient de cliniques pour vélos sur place et du soutien de nos groupes locaux de cyclistes.

Enlèvement de pylônes dans l’océan Pacifique

Passerelle menant à nos tours de transmission après un incendie en 2016.

Notre site de transmission AM situé à Steveston, en Colombie-Britannique, a été reconfiguré à la suite d’un incendie qui s’est déclaré en juin 2016 sur la passerelle menant à deux pylônes érigés dans l’océan Pacifique.

Le site, un réseau de quatre pylônes au large de la côte de la Colombie-Britannique dans l’océan Pacifique, transmettait les émissions de Radio One dans la région. En 2016, un incendie a endommagé les lignes de transmission et la passerelle desservant les troisième et quatrième pylônes, les plus éloignés de la terre ferme. Au vu des dommages, il a été décidé de reconfigurer le site. Le projet a été piloté par Surren Balendran, des Solutions d’ingénierie (ISTM), secondé de Jacek Bator, de la Transmission, et de Dennis Graham, des Solutions de production (ISTM), pour les aspects environnementaux.

Dans ce projet, deux pylônes de 60 mètres, des haubans et deux abris des circuits devaient être enlevés. Des consultants en environnement ont été engagés pour épauler l’équipe de CBC/Radio-Canada afin que les travaux proposés n’aient aucune répercussion néfaste sur l’environnement. Des mesures d’atténuation ont été mises en place en conformité avec les lois applicables, notamment la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale (LCEE), la Loi sur la protection de la navigation, la Loi sur les pêches et la Loi sur les espèces en péril. Les permis nécessaires ont été obtenus et des évaluations ont été menées pour répondre aux exigences de Transport Canada et de Pêches et Océans Canada. Enfin, des informations ont été communiquées à la Ville de Richmond (C.-B.), à sa demande.

Un contrôle a été effectué pour assurer que les entrepreneurs responsables du projet mettaient bien en place les mesures d’atténuation requises. Les travaux ont été achevés avec succès en février 2018, sans aucune atteinte à l’environnement, y compris aux zones contiguës fragiles sur le plan écologique et aux ressources halieutiques locales.

Outil de soulignement de texte